Sélectionné pour vous :  PM Bah Oury: "Siamandou cache nos faiblesses... l'objectif est d'aller au-delà de 30% du PIB"

Sérédou/ Lutte contre la criminalité faunique : les agents de terrain affûtent leurs armes contre le fléau

Située en plein cœur de la forêt Ziama, la commune rurale de Sérédou vient d’abriter une session de formation pour la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages entre le Liberia et la Guinée.

Organisée par Fauna and Flora international, le but est d’outiller les agents de terrain en techniques de surveillance et de lutte contre ce fléau en vue de préserver les espèces animales en voie de disparition.


« Cette formation s’inscrit dans une dynamique de collaboration transfrontalière entre la Guinée et le Libéria pour réduire les pressions sur la faune sauvage dans le paysage de Ziama Wonegizi et Wolegizi. Améliorer l’application de la loi et la connaissance sur les lois. Parce que les gardes forestiers qui doivent mener leurs activités, les instances juridiques qui doivent appliquer la loi, il faudrait qu’ils sachent le contenu des codes pour bien appliquer aux différents délinquants », a martelé Koïghae Toupou, Senior Project Manager FFI

La forêt Ziama avec son immense potentialité faunique et floristique est de plus en plus impactée par les actions de l’homme. Le braconnage et la coupe de bois dans les habitats naturels ont fortement menacé la survie de plusieurs espèces animales. Pour lutter contre le phénomène, Fauna and Flora international et l’ONG sauvetage de protection des chimpanzés du Libéria regroupent les agents conservateurs de lutte contre la criminalité faunique à Sérédou.


« Mettre en contact les autorités au niveau frontalier des deux pays mais aussi au niveau central de Conakry à Monrovia pour les agents d’application qui sont concernés par la lutte contre le trafic », a indiqué Charlotte Houpline, facilitatrice.

Sélectionné pour vous :  Guinée: Célébration du 247e anniversaire de l'indépendance des États-Unis d'Amérique

Les activités sont exécutées en collaboration avec le ministère de l’environnement et du développement durable à travers le centre forestier de N’zérékoré et l’Office des forêts du Libéria.


« Si nous ne prenons pas de dispositions idoines, qu’est-ce que nous laisserons à nos générations futures ? C’est pourquoi, je voudrais donc vous interpeller à fournir de l’effort et à vous intéresser aux exposés qui vont être faits afin que nous puissions cerner les problèmes liés à la criminalité faunique, » a entendre Félix Fassa IFONO, Secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Macenta, à l’ouverture officielle des travaux de Sérédou.

Mamadou Dian Bora Diallo, Avocat et Point focal national de lutte contre la criminalité faunique, rappelle la pénalité du braconnage des espèces sauvages dans les réserves fauniques et floristiques.


« Le gouvernement guinéen, dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages en fait une politique pénale axée sur la tolérance zéro. Cela veut dire que toutes les personnes impliquées dans ce genre de trafic seront interpellées conformément à la loi et jugées aussi comme telles.

Avec pour mission de préserver les espèces animales menacées principalement l’éléphant, la fondation africaine des éléphants de forêt et L’USAID Libéria financent les activités.

 

N’zérékoré, Lanceï Naboun pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...