Sélectionné pour vous :  Appel au dialogue en Guinée : Sékou Koundouno doute de l’authenticité du communiqué des leaders religieux

Siguiri: une femme mère de six enfants retrouvée égor*gée dans son lit, à Djomabana

Hawa Konaté, âgée de 36 ans et mère de six enfants dont quatre garçons a été retrouvée égor*gée dans son lit baignant du sang. L’acte s’est passé dans la soirée du dimanche, 24 juin 2024 à Djomabana, une sous-préfecture située à 15 kilomètres du centre ville de Siguiri.

Selon nos informations recueillies sur place, c’est vers la soirée du dimanche que les citoyens avaient constaté la disparition de la défunte avant qu’elle ne soit finalement retrouvée égor*gée quelques heures plus tard dans sa chambre.

Interrogé par notre correspondant, Dr Abdoul Bachir Condé, médecin légiste à l’hôpital préfectoral de Siguiri est revenu sur les circonstances dans lesquelles il a été informé de cette découverte macabre.

 » Nous avons été informés par des citoyens de la sous-préfecture de Djomabana, située à 15 kilomètres du centre ville par rapport à un cas de mort. Aussitôt, nous nous sommes rendus sur les lieux pour s’enquérir des réalités. Et évidemment, on a trouvé le corps de la defunte baignant du sang dans sa chambre. D’après nos constats, on a eu l’impression comme si cette dame a été expressément égorgée car il y avait des signes qui nous ont amenés à croire à cette hypothèse. Le premier signe, le lit était complètement défait comme s’il y avait des traces de lutte. Le 2ème signe, il y avait des goûtes de sang sur le mur où le lit est collé. Le 3ème signe, au niveau où la dame a été égorgée, elle seule, ne peut pas agir de la sorte parce que même les os de la gorge ont été touchés. Le 4ème signe, malgré que l’acte s’est passé dans le lit, cependant le corps a été retrouvé à terre baignant du sang. Le dernier signe est que, ces parents nous ont temoigné qu’elle ne souffrait d’aucune maladie mentale. 

Sélectionné pour vous :  Appel au dialogue en Guinée : Sékou Koundouno doute de l’authenticité du communiqué des leaders religieux

Maintenant nous avons fait le rapport et remonté à qui de droit », a indiqué le médecin légiste.

Aux dernières nouvelles, le corps de la victime a été remis aux autorités locales pour son inhumation sur l’instruction du procureur de la République près le tribunal de première instance de Siguiri. Une enquête est rapidement ouverte apprend-on pour élucider les circonstances et la cause réelle du décès.

À suivre !

Siguiri, Mamadou Koumana Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...