Sélectionné pour vous :  Non paiement des salaires des contractuels: Cette cinglante réponse de Salifou Camara au ministre Julien Yombouno

Sommet de Nairobi sur le Développement En Afrique : les plaidoyers majeurs de la Guinée dans les stratégies de financement

Le Premier ministre, Chef du gouvernement guinéen a représenté lundi, 29 avril, le Président de la transition au Sommet de Nairobi sur Le Développement En Afrique basé sur le thème « l’IDA au service de l’Afrique ».

Dans son discours, Bah Oury a invité les Chefs d’États africains, les représentants de gouvernements et de la société civile, les acteurs financiers internationaux dont la Banque mondiale à prendre en compte deux sujets majeurs du processus de développement du continent.

« Le premier concerne la question climatique qui est déjà un sujet montrant ses effets à travers la crise du Sahel. Depuis de longues années, la sécheresse force des populations traditionnellement à la lisière du Sahara à descendre vers le sud, créant des conflits entre éleveurs et agriculteurs… ».

Le deuxième porte sur l’expatriation des forces vives de l’Afrique : « la population jeune qui meurt dans le Sahara ou dans la Méditerranée, tandis que d’autres vont vers l’Amériques. C’est pénible, et au moment où l’humanité peut envoyer des fusées sur des comètes, il n’est pas du tout admissible que des populations meurent, que des enfants se noient dans la mer tout simplement parce qu’ils n’ont pas d’espoir d’avoir des perspectives heureuses dans leur propre pays ».

Pour le Premier ministre, Amadou Oury bah, si l’Afrique veut le développement, elle doit répondre à ces questions fondamentales qui impliquent la nécessité, de favoriser les facteurs de cohésion, de paix et de solidarité entre les différentes communautés. « Sans cela, bâtir des projets de développement, faire des routes, bâtir des ponts ne serviront à rien » a -t-il prévenu.

Sélectionné pour vous :  CRIEF : 2 sociétés minières visées par des poursuites pour fraudes fiscales et Raidco Marine pour escroquerie

Au nom du Chef de l’État, le Chef du gouvernement a ajouté : « l’arc de déstabilisation qui part de l’Atlantique jusqu’à la mer Rouge est une réalité lacinante qui marque l’Afrique aujourd’hui par des guerres, et des conflits. Ce sont des sujets que nous pensons que l’IDA devrait mettre en relief, parce qu’au-delà de toute considération, c’est la sécurité de l’Afrique qui est interpellée ».

Le Premier ministre a conclu en relevant que « les financements pour renforcer les facteurs de cohésion sont des questions qui doivent permettre de construire un avenir de paix et de stabilité pour la grande majorité des Africains et du monde ».

 

Avec la cellule de communication de la Primature

Laisser une réponse
Share to...