Sélectionné pour vous :  Incontinence urinaire chez la femme ou perte involontaire de l'urine : ces explications intéressantes de l'urologue, Dr Daouda Kanté

Transition CNRD : halte au règlement de compte

Trop de confiance attire le danger disait Pierre Corneille. Un message que ceux qui se sentent fort aujourd’hui doivent savoir pour éviter d’être rattraper demain.

Un autre dicton nous enseigne que la différence en un homme politique et un homme d’Etat est la suivante:

Le premier pense à la prochaine élection et le seconde à la prochaine génération.

Et vue que le 5 septembre 2021, quelqu’un avait promis au peuple un bel avenir, une nouvelle Guinée, un pays où il fera bon vivre, une nation où personne ne sera inquiété.

Tout porte à croire que ce discours n’était que du vent en l’air pour ne pas dire de la poudre aux yeux ou une duperie.

Si l’homme d’Etat doit penser à la prochaine génération donc l’homme du 5 septembre doit penser à la jeunesse guinéenne. Et cela ne serait possible sans promouvoir l’emploi et encourager les investisseurs locaux.

Parmi ces dizaines d’investisseurs un nom sort du lot, Kabine Sylla communément appeler Bill Gate. Un sobriquet qu’il porte depuis une vingtaine d’années. Un nom synonyme de richesse et générosité. Sans oublier des centaines d’emploi crée à travers le pays.

Pourquoi vouloir aujourd’hui éteindre ce richissime homme d’affaire qui n’a choisi que d’invertir dans son pays natal ?

Comment peut-on parler de développement et d’émergence d’un pays sans encourager les investisseurs locaux, respecter les élites, les notables ou les anciens dignitaires ?

Certains ont préféré s’installer et invertir ailleurs. Qui pour les créer de soucis ou d’insomnie?

Comme il n’est jamais tard pour celui qui veut bien faire dit-on. Donc il est temps de rectifier le tir en redressant la boussole annoncée jusque-là invisible.

Sélectionné pour vous :  Conakry : le ministre Guillaume Hawing pose la première pierre pour la construction des écoles modernes de type Barry Diawadou

Quand on devient fort on doit savoir qu’on a été faible ou qu’on le sera un jour. Donc c’est ne pas la peine de se cacher derrière une soit distante réforme ou refondation ou encore rectification pour régler des comptes.

Comme dirait l’autre ce n’est pas en cassant le thermomètre qu’on fera baisser la fièvre. Et la force sans l’intelligence s’effondre sous sa propre masse.

 

Bah Mamadou Alpha 

Laisser une réponse
Share to...