Sélectionné pour vous :  Kaba Diawara même pas peur de l'Algérie: "Ils nous ont bien vu à la CAN, nous aussi... On sait ce qu'on veut faire"

Vers le recrutement de nouveaux fonctionnaires en Guinée ? : cette mise au point du ministre du Travail, Julien Yombouno

Dans le but d’assainir le fichier des fonctionnaires guinéens, le ministère du Travail et de la Fonction Publique a engagé le processus d’enrôlement biométrique des agents de l’État. Un processus qui va probablement aboutir au recrutement de nouveaux fonctionnaires. Si des spéculations vont bon train sur la date officielle du début de ce recrutement, le ministre Julien Yombouno a tenu à mettre le point sur le ‘’i’’.

Sans passer par le dos de la cuillère, il a, au cours d’une conférence de presse ce vendredi, 8 septembre 2023, indiqué que son département ne peut pas décider seul de lancer le recrutement à la fonction publique.

« Je sais que les gens veulent qu’on leur dise que demain c’est le concours. Aujourd’hui, c’est le 8 septembre 2023, les gens veulent que je dise que demain 9 septembre 2023, à minuit c’est le démarrage du concours de recrutement à la fonction publique, on ne le dira pas comme ça. Il y a beaucoup de préalables, l’un des gros préalables, c’est d’abord la réalisation en bonne et due forme de cette biométrie en cours. Une fois terminée, nous soumettrons le rapport avec des propositions. Normalement, l’une des propositions, ça sera qu’on a fini la biométrie qui a révélé que nous avons désormais X place libre. Nous soumettons au gouvernement, ce n’est pas une décision qu’une seule personne peut prendre. Nous allons dire au gouvernement qu’au terme de la biométrie, il s’est avéré qu’il y a 100 000 places libres qui doivent être pourvues pour une raison ou une autre. Soit cause de décès, d’abandon ou parce que c’était des places fictives qui étaient là. Alors nous proposons que nous ayons un remplacement numérique au cas par cas, quantitatif et qualitatif aussi. C’est-à-dire s’il y avait un planton quelque part, peut-être maintenant, ce n’est pas un planton dont on a besoin. Il va falloir recruter un ingénieur informaticien. Je l’ai dit si concours il y a, ce serait des concours délocalisés régionaux en prenant en compte pour chaque région du pays les besoins spécifiques à cette région », a-t-il précisé.

Sélectionné pour vous :  Lola : Les communautés à l'école de la méditation foncière pour mieux lutter contre les conflits liés au foncier

Par ailleurs, cette conférence de presse a été mise à profit pour remettre des ordinateurs portatifs neufs à certains responsables des services déconcentrés du ministère du Travail et la Fonction Publique.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...