Sélectionné pour vous :  Résultats du BEPC en Guinée: N'zérékoré enregistre un taux de réussite de 20,57%

La classe politique soutient le mouvement syndical: « Nous allons appuyer très fort ces revendications du syndicat »

La classe politique guinéenne majoritairement opposée à la conduite de la transition par le CNRD à sa tête le Général Mamadi Doumbouya compte appuyer le mouvement syndical dans ses revendications. Une rencontre entre les Forces Vives de Guinée pourrait avoir lieu à cet effet pour peaufiner la stratégie, apprend-on.

Selon Souleymane Konaté, conseiller en communication de Cellou Dalein Diallo et directeur de communication de l’ANAD, il n’est pas question de laisser le CNRD et son gouvernement de bâillonner toutes les libertés individuelles et collectives, notamment la liberté de presse et la liberté syndicale chèrement acquises.

« Le 05 septembre 2021, le CNRD s’est positionné comme étant des hommes vertueux, des hommes qui luttent contre la corruption, contre la gabegie financière, contre l’enrichissement illicite, contre les détournements. Aujourd’hui la presse est en pôle position pour dénoncer tout ce qui est derive autoritaire, tout ce qui est scandale financier en répétion dans notre pays. Et ça les dérange, ça met en rude épreuve leur plan. C’est pourquoi aujourd’hui la presse est élément à abattre par le CNRD. Sékou Jamal Pendessa, en dehors qu’il soit un journaliste, c’est le Secrétaire général des professionnels de la presse de Guinée. Donc aujourd’hui, l’arrêter de cette façon injuste, illégale et arbitraire, c’est attaquer non seulement la liberté syndicale et surtout faire taire les libertés individuelles et collectives », a-t-il déclaré.

C’est pour cette raison, dit le conseiller en communication de Cellou Dalein Diallo, « nous allons nous retrouver, nous n’allons pas dévoiler nos stratégies mais retenez déjà que nous allons appuyer très fort ces revendications du syndicat parce que pour nous il n’est pas question de tuer le mouvement syndical dans notre pays », a laissé entendre Souleymane Konaté sur Soleil FM.

Sélectionné pour vous :  Débat d'orientation constitutionnel : « Quand il s'agit de la constitution, on n'a pas besoin de tout ce brouhaha... » (Boubacar Diallo)

A rappeler que le mouvement syndical guinéen donne 10 jours au CNRD et à son gouvernement pour satisfaire ses points de revendication dont la libération du journaliste Sékou Jamal Pendessa, secrétaire général du SPPG. Faute de quoi, il entend déclencher une grève générale et illimité sur toute l’étendue du territoire national.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...