Sélectionné pour vous :  Arrestation de Lamine Waraba Sacko : son avocat Me Salifou Béavogui dénonce un "kidnapping" 

Aboubacar Soumah visé par une plainte de Kadiatou Bah de l’autre SLECG: « Pour moi, ça n’a pas de sens »

Aboubacar Soumah et certains de ses collègues syndicalistes sont convoqués à la direction centrale des investigations judiciaires de la gendarmerie nationale de Kaloum. Ce, suite à une plainte de l’autre SLECG dirigé par Dame Kadiatou Bah qui les accuse d’usurpation de titre et de fonction.

Interrogé dans la matinée de ce lundi, 15 janvier 2024 par notre rédaction, Aboubacar Soumah a jugé cette plainte inopportune avant de menacer de surgir à son tour.

« En matière syndicale, je ne vois pas en quoi y a t-il usurpation de titre et de fonction. Pour moi, ça n’a pas de sens mais quand les institutions étatiques nous envoient des convocations, on va répondre parce que nous sommes des citoyens. C’est une provocation de leur part. C’est parce qu’ils n’ont plus où mettre les pieds, c’est pour cela qu’ils créent des situations pareilles. D’ailleurs, elle appartient à une structure syndicale et nous aussi nous avons notre structure syndicale. Elle a tenu son congrès, nous avons tenu le notre. Comment est-ce que nous faisons usurpation ? C’est ce que nous ne comprenons pas », indique Aboubacar Soumah avant de menacer:

« Si toute fois nous voyons qu’il y a une main noire derrière, nous allons faire un rapport de force pour voir entre son syndicat et le notre, qui est sur le terrain. Parce que le syndicat, c’est la représentativité. Nous allons engager des activités sur le terrain. Nous allons montrer à l’opinion nationale et internationale que c’est nous qui sommes sur le terrain », dit-il.

Pour Aboubacar Soumah, le SLECG dirigé par Dame Kadiatou Bah n’est pas représentatif. A l’en croire, cette faction du SLECG a été créée par le gouvernement d’Alpha Condé dans le but de le freiner dans son combat syndical.

Sélectionné pour vous :  Retour des civils au pouvoir en Guinée : les ambassadeurs du G5 « rassurés » par les gestes d’apaisement de la junte, selon la Primature

« Plutôt c’est nous qui devons porter plainte contre elle parce que ce sont des travailleurs qui mettent en place une organisation syndicale et non le gouvernement, selon la loi. Nous savons comment son syndicat a été créé. C’est le groupement d’Alpha Condé qui l’a créé, qui l’a soutenu et qui l’a toujours financé. Il a toujours été manipulé par ce gouvernement », révèle le secrétaire général du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...