Sélectionné pour vous :  Labé : un homme d'une quarantaine d'années retrouvé mort dans un cours d'eau au quartier Daka

Affaire Éruption cutanée chez des pêcheurs guinéens: 30 cas signalés au port de Koba (Source hospitalière)

Des pêcheurs évoluant au port de Koba (Taboria), l’un des plus grands ports de la sous-préfecture sont dans la tourmente depuis plusieurs semaines. En cause, trente (30) parmi eux viennent d’être touchés par une éruption cutanée, selon des autorités sanitaires de la localité. Cette maladie qui provoque des brûlures sur la peau, bouleverse les activités de pêche en République de Guinée. Alseny BANGOURA, une des victimes, reçoit des soins au centre de santé de Koba. Interrogé par notre correspondant basé à Boké, il est revenu sur sa mésaventure:

« J’étais parti en haute pour pêcher quand j’ai vu des choses qui ressemblent à de la poussière dans la mer. Mais je n’ai pas fait attention à ça et j’ai touché l’eau en faisant remonter mes filets. Et c’est là que j’ai commencé à sentir quelque chose comme si on versait de l’eau chaude sur moi. Au moment où je rentrais à la maison, mes parties intimes ont commencé à me faire mal. Automatiquement, j’ai pris la direction du centre de santé pour me faire examiner. Cette maladie est très grave, si elle n’est pas traitée à temps, elle peut vite tuer», a dit ce pêcheur artisanal.
Pour l’heure, aucune perte en vie humaine n’a été signalée, selon le responsable du centre de santé de Koba. Ismaël Traoré rappelle quelques dispositions prises dans le cadre du traitement des malades :

« Cela fait pratiquement plusieurs semaines depuis que j’ai commencé à recevoir des victimes de cette maladie dans mon centre. C’est pourquoi les autorités de la place et moi avons mis en place une commission mixte composée des agents du ministère de l’Environnement, de la Pêche et de la Santé, afin de conjuguer les efforts sur la question. La prise en charge est gratuite. Nous recevons des malades ici avec des plaies et des brûlures, nous leur apportons directement des soins. Et en cas de complications, nous remontons l’information au niveau de la hiérarchie », explique le chef du centre de Koba.

Sélectionné pour vous :  Labé : un malade mental accusé d'avoir brûlé une bonne partie de la forêt de Sapins de Tata 1


Le sous-préfet de Koba, le Commandant Emile Millimono a, de son côté, invité les acteurs de la pêche à plus de sérénité. Car, selon lui, le gouvernement prend très au sérieux cette maladie:

« La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a aucun cas de mort depuis la découverte de cette éruption cutanée dans ma juridiction. Aux pêcheurs, je leur demande prudence et sérénité puisque déjà le gouvernement tente d’apporter des solutions à cette situation. Le centre de santé fait tout possible pour apporter des soins nécessaires aux malades et nous allons tout faire pour empêcher d’éventuels cas », rassure le représentant de l’État dans cette ville.
La pêche est l’une des activités les plus pratiquées dans la sous-préfecture de Koba, relevant de la préfecture de Boffa. Ce qui devrait attirer fortement l’attention des autorités sanitaires à couper la chaîne de propagation de cette maladie, qui perturbe les activités des pêcheurs dans le pays.

 

Boké, Bailo Bah, pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...