Sélectionné pour vous :  Guinée: la ministre Nanette Conté veut renforcer le plaidoyer auprès des partenaires onusiens pour promouvoir le talent des personnes vulnérables

Afrique : Cellou Dalein dénonce le manque de fermeté des Occidentaux vis-à-vis des militaires au pouvoir 

C’est un président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) visiblement remonté qui s’est exprimé sur un média étranger mercredi, 5 juin 2024. Cellou Dalein Diallo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a déploré le manque de fermeté des dirigeants occidentaux vis-à-vis des militaires au pouvoir en Afrique notamment en Guinée. A en croire l’ancien Premier ministre guinéen, l’Occident notamment la France se montre doux vis-à-vis de la junte dirigée par le Général Doumbouya depuis le 5 septembre 2024.

Cellou Dalein Diallo a invité ces derniers à revenir sur leurs pratiques antérieures contre les coups d’État militaires :

« Je pense que l’Occident est moins porté aujourd’hui vers la promotion de la défense des valeurs de démocratie, de liberté que par des guerres d’influence et les intérêts économiques. Pendant longtemps, un coup d’État était condamné. La coopération économique était réduite à son minimum lorsqu’elle n’était pas suspendue jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Même les violations flagrantes des droits de l’homme, on a eu une cinquantaine de jeunes qui ont été abattus à bout portant dans les rues, alors que ceux-ci manifestaient pour certains pour le délestage électrique, et d’autres pour exiger le respect des dispositions de la charte. On n’a pas senti de condamnations ou des exigences de justice auxquelles on était habitués pendant il y a quelques années. Donc, on considère que l’Occident ménage cette junte pour des raisons qu’on n’arrive pas à expliquer. Non pas la junte en tant que telle, mais l’Occident condamne moins les mauvais pratiques qu’il a toujours condamnées dans ses attitudes avec les pays africains. On ne sent pas un attachement de la France comme ce fut le cas par le passé au respect de certaines valeurs qui lui ont été très chères : les droits humains, les libertés fondamentales. Aujourd’hui, la presse est complètement muselée », a-t-il regretté chez nos confrères de France 24.

Sélectionné pour vous :  Cellou Baldé sur les pourparlers avec le PM : « Les leaders religieux sont en train de prendre parti »

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...