Sélectionné pour vous :  Édouard Zotomou sur le cas des Daf : "Tous ceux qui sont là en réalité venaient autour du CNRD pour des intérêts bien précis"

Arrestation des journalistes : le SPPG exige leur libération et se réserve le droit d’entreprendre d’autres actions « rigoureuses pour… »

Au moins douze journalistes ont été mis aux ce lundi, 16 octobre 2023 à Kaloum où le syndicat des professionnels de la presse de Guinée avait organisé une marche pacifique pour exiger la levée de la restriction du site Guinéematin.com. Quelques heures après ces arrestations dites musclées et inhumaines, le SPPG qui était en conclave à la Bourse du travail a dénoncé cet agissements des autorités de la transition avant d’exiger la libération des journalistes.

Dans une déclaration rendue publique au sortir de ce conclave, le syndicat a attiré l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la violation grave de la liberté de la presse et des droits de l’homme en Guinée pourtant consacrée dans la charte de la transition.

Lire ci-dessous, la déclaration du SPPG!

DECLARATION CONJOINTE CNTG-SPPG-AMDH

Lundi 16 octobre 2023.

Le SPPG (Syndicat des professionnels de la presse de Guinée) a initié une marche pacifique dans la matinée de ce lundi pour protester contre la restriction du site « guineematin.com », bloqué depuis plus 2 mois maintenant. Cette marche pacifique qui devrait se tenir à Kaloum, a été violemment réprimée par les forces de sécurité.

Lors de cette descente musclée, il y a eu 13 journalistes syndicalistes interpellés dont trois (3) membres du bureau du SPPG avec à sa tête le secrétaire général Sékou Djamal Pendessa.

Le bilan provisoire de cette répression est de trois (3) blessé dont un grave et plusieurs matériels détruits.

Ils sont conduits manu militari au commissariats central de Kaloum où ils ont été longuement auditionnés, sans le moindre soin pour les blessés, avant d’être transférés au Tribunal de Première Instance de Kaloum.

Sélectionné pour vous :  Tremblement de terre à Bangouya (Kindia) : l’Union des impactés du barrage de Souapiti exige une enquête autour du phénomène

Le SPPG (Syndicat des professionnels de la presse de Guinée) affiliée à la CNTG (Confédération nationale des travailleurs de Guinée), et l’AMDH (Alliance des médias pour les droits humains) condamnent avec la dernière énergie cette interpellation brutale et inhumaine et attire l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la violation grave de la liberté de la presse et des droits de l’homme en Guinée pourtant consacrée dans la charte de la transition.

Par conséquent, le SPPG, la CNTG, et l’AMDH exigent la libération immédiate et sans condition des journalistes interpellés sans motifs valable. Et la levée de la restriction d’accès au site internet « guineematin.com ».

Par ailleurs, le SPPG la CNTG et l’AMDH se réservent le droit d’entreprendre les heures et les jours à venir d’autres actions vigoureuses jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

En attendant, toutes les antennes du SPPG sont demandés de rester en alerte.

Ont signé :

Pour le SPPG : Ibrahim Kalil Diallo Secretaire general adjoint

-Pour la CNTG : Kader AZIZ Camara, Premier secretaire general adjoint

-Pour l’AMDH : Saikou Baldé president

Laisser une réponse
Share to...