Sélectionné pour vous :  Siguiri : un jeune orpailleur perd la vie dans l'éboulement d'une mine d'or artisanale, à Didi

Attaque de la maison centrale : « Nous les avocats sommes inquiets, mais ça ne signifie pas que nous allons démissionner »

Les évènements du samedi, 4 novembre dernier relatifs à l’évasion de certains accusés du massacre de 28 septembre 2009, non pas les moindres, font toujours l’objet de commentaires. Certains avocats de la partie civile font croire que cette attaque a été bien préparée avant d’être exécutée. C’est le cas de Me Hamidou Barry.

Cet avocat de la partie civile semble également inquiet après ces événements dignes d’un film hollywoodien. Puisque jusqu’ici, un des évadés reste toujours introuvable. Selon lui, la question sur la sécurité des acteurs impliqués dans le procès du 28 septembre, doit être prise à bras le corps par les autorités.

« Quant on voit comment les choses se sont déroulées, c’est pas spontané, je pense que les choses se sont bien préparées et bien exécutées. C’est pourquoi il faut prendre les dispositions maintenant. Mais pour le moment, c’est très difficile de se prononcer sur la question. A priori, nous, nous estimons que c’est en quelque sorte une évasion et on doit laisser ce soin au tribunal militaire de se prononcer et bien faire son travail », a-t-il indiqué avant de décrire l’état d’âme des victimes du 28 septembre après ces événements.

« Il faut reconnaître que la plupart des victimes ont été inquiétées. Nous les avocats sommes inquiets, mais ça ne signifie pas que nous allons démissionner. Moi, j’ai toujours dit que depuis 2010 l’affaire du 28 septembre, c’est une affaire très complexe », a-t-il conclu.

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Mort suspecte d’un détenu à la prison de Boké: la famille de la victime réagit au communiqué du ministre de la Justice
Laisser une réponse
Share to...