Sélectionné pour vous :  Le DCE de Matoto aux enseignants contractuels : "Si l'Etat promet, il réalisera toujours sa promesse"

Causes et modes de prévention de l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral: Ces explications de Dr Moussa Cissé

Défini par les spécialistes comme une perte brutale ou soudaine d’une ou plusieurs fonctions du cerveau, l’accident vasculaire cérébral (AVC) fait de nos jours de nombreuses victimes dans le monde. A en croire les médecins, il est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau. Et selon nos informations, en Guinée, cette pathologie est la première cause de mortalité.

Interrogé par notre correspondant ce jeudi, 1er février 2024, Dr Moussa Cissé, président du groupe thématique santé du CNOCSG a expliqué cette maladie et ses nombreuses causes et conséquences.

« Y a assez de causes. Il faut voir un peu l’alimentation.
Mais aussi au-delà de l’alimentation, il faut voir ce qui se passe au niveau des vaisseaux. Il y a ce qu’on appelle la coagulation sanguine qui peut être l’une des causes. La circulation sanguine, c’est dans un tuyau. Si dans le tuyau le sang se coagule et vient boucher le passage du sang, il y a une crise qui va s’installer et il va y avoir un accident vasculaire cérébral. Et ce qui fait généralement ça, c’est l’alimentation, notamment les graisses que nous consommons en longueur de journée », explique Dr Moussa Cissé avant d’évoquer les premières mesures à prendre face à une telle situation.

« Y a des mesures que ceux qui ont une spécialité dans le domaine nous enseignent. Quand on se rend compte de cet état de fait, ils disent d’allonger la victime dans une position qui peut être confortable pour la circulation sanguine », indique-t-il.

Pour éviter la maladie, le médecin conseille de faire attention à son régime alimentaire et multiplier les exercices sportifs.

Sélectionné pour vous :  Affaire vol d'un coffre-fort de plusieurs millions d'euros et de dollars devant la CRIEF : Kerfalla Camara charge Dame Fanta Kamano

« Ça arrive à des cas de paralysies irrécupérables. Dans d’autres cas, ça dépend des degrés de la crise. Il y a le régime alimentaire de la population qu’il faut revoir. Il faut également faire du sport. Dix à quinze minutes sont recommandées en termes d’exercice physique. Mais si on ne fait pas de sport, les graisses ne seront pas brûlées », conseille Moussa Cissé.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...