Sélectionné pour vous :  Polémique autour de la libération de Fonikè menguè et cie : le Premier ministre sort du silence et apporte des précisions

Célébration de la fête du Travail à Labé : le mouvement syndical fait plusieurs réclamations 

A l’instar des autres travailleurs du monde, ceux de la région administrative de Labé ont célébré ce mercredi, 1er mai 2024, la journée Internationale du Travail. C’est la commune rurale de Garambé qui a été choisie cette fois-ci pour abriter ces festivités. Dans son discours de circonstance, le secrétaire général de l’union régionale des travailleurs a d’abord remercié l’ensemble des travailleurs pour la mobilisation avant de faire cas de leurs réclamations.

Il a par la suite, suggéré la mise en place d’un cadre de concertation permanent entre les autorités et les acteurs de la société civile.

« Nous commencerons notre allocution par remercier tous et chacun pour avoir répondu à l’appel. Monsieur le Gouverneur, sans ambage, ni démagogie, nous constatons aujourd’hui que notre région est en vaste chantier dans le cadre de son développement. Mais à côté, il faut noter la persistance de certains maux dont entre autres, l’insécurité, le vol dont sont victimes les travailleurs et travailleuses de tous les secteurs publics mixtes et privés. C’est pourquoi, nous suggérons un cadre de concertation permanent entre autorités, acteurs de la société et des forces de défense et de sécurité. Camarades délégués nationaux, nous travailleurs à la base, apprécions les combats que le mouvement syndical mène au sommet pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et travailleuses. Mais, il faut noter que sur les 13 centrales immatriculées à Conakry, seules deux ou trois évoluent sur le terrain. Il est temps et grand temps que les choses soient tirées au clair par toute organisation syndicale pour ce que vaut sa représentativité sur le terrain et cela dans tous les secteurs. En tout état de cause, nous représentants à la base, nous ne sommes plus prêts à continuer de subir le poids néfaste que nous imposent ces centrales qui n’existent que de par leurs noms. Nous ne pouvons passer sous silence la gestion et le suivi des protocoles d’accord issus des grèves. A titre d’exemple, le dernier avis de grève où sur les cinq points inscrits, un seul est traité et les quatres autres sont mis en berne. On voudrait être informés au quotidien. Il est facile et normal de critiquer, mais en retour, que chacun se pose quelques questions », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  Inc€ndie à Kanda (Faranah) : des personnes de bonne volonté volent au secours des sinistrés

En réponse aux syndicalistes, le Gouverneur de région, le colonel Robert Soumah a rappelé que quelques batailles ont été gagnées. Mais, qu’elles ne doivent pas divertir les objectifs globaux des luttes de revendications.

« En ce 38ème anniversaire de la fête internationale du travail, nous nous rassemblons pour célébrer les contributions inestimables des travailleurs du monde entier en général et de la Guinée en particulier. Alors que nous célébrons les progrès réalisés, nous ne devons jamais perdre de vue les luttes persistantes des travailleurs qui continuent de faire des réclamations pour leurs droits. Il est impératif de créer un environnement de travail inclusif où chacun peut s’épanouir et contribuer pleinement dans la société. Je ne saurais terminer mon allocution sans remercier le Général de corps d’armée Mamadi Doumbouya pour l’amélioration des conditions de travail après l’augmentation de 20% sur l’indice salarial dont 5% sur le prix de logement et de transport », a-t-il indiqué.

 

Labé, Bachir Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...