Sélectionné pour vous :  Après Mamou et Kankan, c'est au tour de la région de N'zérékoré de recevoir son premier lot de Cartes SPPG 2023

Comment redresser la gestion d’EDG pour une fourniture adéquate du courant ? Un économiste donne des pistes de solutions

Il n’est de secret pour personne, la gestion de la société Électricité de Guinée (EDG) ces dernières années laisse à désirer. Que ce soit la production, le transport et la distribution, aucune des ces fonctions n’est à ce stade bien maîtrisée par l’actuelle gouvernance. Ce qui fait que la société peine à fournir des services adéquats aux populations, apprend-on.

Cette mauvaise gestion a même été décriée par le Premier ministre Bah Oury, qui indique que « la gouvernance d’EDG n’a pas été du tout orthodoxe ni vertueuse pendant une longue période ». Pour certains observateurs, il faut même penser à privatiser EDG en l’ouvrant le secteur aux privés.

Pour l’économiste Mohamed Camara, la solution sur la gestion d’EDG doit d’abord venir de l’État lui-même. A l’en croire, c’est l’État qui doit donner le ton en respectant ses interventions politiques et même financières sur la gestion d’EDG.

« Les interventions de l’actionnaire sont définies dans les statuts de la société. Donc, l’État doit pouvoir respecter cela, au risque que ces introductions intempestives là vont saper la politique de EDG. Donc pour moi, l’État doit réduire ses interventions à EDG non seulement les transferts d’argent mais également la collision politique qui peut y avoir entre cette société d’État et l’autorité politique ».

A l’issue de cela, dit l’économiste, « EDG peut maintenant se doter de tous les instruments de gouvernance qu’il faut pour amoindrir ses pertes. Il faut réduire le vol, il faut réduire la déperdition, il faut réduire tout ce qui peut augmenter les charges de l’entreprise », a martelé Mohamed Camara.

Sélectionné pour vous :  Labé : le directeur préfectoral de l’agriculture annonce les couleurs de la célébration de la journée mondiale de l’alimentation

Une fois que la société s’est libérée des interventions parfois inopportunes de l’État, puis s’est dotée des instruments de gouvernance, « il faut maintenant permettre à EDG de gagner plus d’argent, de prospecter des nouveaux clients. Les clients ne manquent pas, il y a les miniers qui sont preneurs, il y a des industriels qui s’installent. Les gens s’installent tous les jours chez nous, ils veulent du courant, ils veulent installer des usines… », a souligné l’économiste.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Tel : (00224) 621280388

Laisser une réponse
Share to...