Sélectionné pour vous :  Labé : l’association des entraineurs proteste contre l’annulation de la liste de la ligue régionale de football

Conakry : Des femmes de Kobaya dans la rue pour manifester contre la démolition de leur marché

En colère contre la démolition de leur marché dans la nuit du jeudi à vendredi, des femmes du quartier Kobaya dans la commune de Ratoma sont descendues dans la rue dans la matinée de ce vendredi, 22 septembre 2023, pour manifester leur ras-le-bol. Dans une colère noire, ces femmes ont pendant des heures bloqué la circulation à travers des barricades. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour que la circulation même soit rétablie de ce côté.

Rouge de colère, Djessira Nabé, manifestante, a dénoncé leur déguerpissement avant de plaider pour qu’on leur laisse le marché.

« Les femmes qui sont là, leurs maris ne travaillent pas. On vient ici pour gagner le quotidien. S’ils viennent casser nos tables est ce que ça c’est bien ? Ils n’ont qu’à avoir pitié de nous, ils n’ont qu’à nous laisser revendre nos articles ici. Sans le marché, y a pas de vie, ni de santé. Donc, on demande au gouvernement de nous laisser ce marché. À madame la gouverneure de la ville de Conakry, de défendre notre cause, nos maris ne travaillent pas. C’est ici qu’on gagne le quotidien. C’est l’ouverture des classes qui se pointe à l’horizon et où on va trouver de quoi payer la scolarité des enfants si ce n’est pas dans ce marché? », s’est-elle interrogée.
Aïcha Camara, une autre manifestante interrogée, exprime sa colère et sollicite de l’aide auprès du président de la transition.


« On veut que le président Mamadi Doumbouya nous aide à avoir un marché à Kobaya. Les agents des forces de l’ordre sont venus mettre notre marché à sac. Comment on va faire étant donné que y a pas de travail, nos maris ne travaillent pas », dit-elle avant que Fatoumata Djaraye Barry ne renchérisse:

Sélectionné pour vous :  Le PM répond à l'ANAD : "Le calendrier pour le retour à l'ordre constitutionnel, tel qu'il a été défini, ne le sera pas"

« C’est ici qu’on connait mais quand ils viennent nous déguerpir de la sorte pour nous annoncer que quelqu’un d’autre a acheté, comment nos enfants vont étudier cette année ? Un enfant qui n’est pas scolarisé est exposé au risque d’être délinquant. Ils veulent que nos enfants soient des délinquants. Ça, jamais! », martèle dame Djaraye Barry en colère.

 

Ibrahima CAMARA pour Siaminfo.com

Laisser une réponse
Share to...