Sélectionné pour vous :  Lelouma (Labé) : un jeune se donne la mort à l’aide d’un fusil après un « malentendu » avec ses parents

Kankan : un jeune homme d’une vingtaine d’années retrouvé mort dans un caniveau au quartier Missirakökö

Les découvertes macabres se succèdent les unes après les autres dans la commune urbaine de Kankan. Après le cas de MissiraKökö en début de semaine, de Kankankoura en milieu de semaine, c’est un autre corps qui a été découvert ce vendredi matin au quartier Missirakökö pour la deuxième fois en une semaine. Un jeune homme d’une vingtaine d’années a été retrouvé mort dans un caniveau.

Alhassane Condé est celui qui a découvert ce corps pour la première fois. Il est revenu sur les circonstances de cette autre découverte macabre.

« On était de passage pour aller chez notre ami. Comme certains de nos amis étaient en retard, nous avons décidé de les attendre ici. En attendant, moi je me suis approché du caniveau, de loin j’ai vu un pantalon. Je pensais que c’est un ancien patalon. Mais quand je me suis approché, j’ai vu la tête d’une personne. C’est ainsi que j’ai crié en appelant les amis. Et ensemble, nous avons essayé d’informer les gens dans le quartier », a-t-il expliqué.

Sur la recrudescence des cas de découverte macabre dans son quartier, Kèkoura Camara, chef du quartier Missira, a fait une mise en garde à la population:

« La recrudescence des cas de découverte ici n’est pas due à l’insécurité. Le premier cas, l’intéressé était presque fou et qui est mort devant les gens en pleine journée. Quand sa famille a été retrouvée, c’est elle-même qui nous a fait comprendre cela. Donc pour ce cas présent, nous attendons les résultats des médecins. Mais en attendant, vous avez constaté déjà que c’est dû à une fausse septique. En ce qui concerne les fausses septiques, nous allons prendre des dispositions pour interdire complètement ou les fermer. Nous allons mettre tous les chefs de secteurs en œuvre, pour parcourir l’intérieur de leurs secteurs. Partout où ils verront des fausses septiques non protégées, qu’ils nous les signalent et on signale à l’autorité compétente pour prendre des sanctions contre ces personnes », a-t-il fait savoir.

Sélectionné pour vous :  Mamou : zoom sur l'école primaire Jean de la Croix qui souffre d'un gigantesque manque d'entretien

Interrogé, Colonel Adama Condé, directeur régional de la protection civile qui a conduit l’équipe qui s’est rendue sur les lieux du drame, a apporté des précisions :

« Après avoir remonté le corps, nous avons constaté que la victime s’est battue pour se sauver mais en vain, la mort s’en est suivie. Bon sur les causes de sa mort, je ne suis pas médecin légiste. Mais après, nous allons envoyer le corps à l’hôpital pour des vérifications. Mais pour le moment, nous ne soupçonnons rien », a-t-il indiqué.

Il faut rappeler que jusqu’au moment où nous quittions les lieux, le corps de la victime n’était toujours pas identifié et on était à l’attente d’une ambulance pour transporter le corps à l’hôpital régional pour l’autopsie.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...