Sélectionné pour vous :  Débat Constitutionnel : l'Association des greffiers demande la réclusion criminelle à perpétuité contre tout auteur d'un coup d'Etat

L’avocat de Marcel à propos de la plainte de Dadis : « Quand vous voyez deux personnes pourchassées par un lion se donner des coups de poing, ça peut être inquiétant »

Considéré jusqu’ici par l’opinion comme un accusé dont les déclarations restent favorables à l’ancien chef de la junte, dans le cadre du procès des événements du 28 septembre 2009, le capitaine Marcel Guilavogui fait l’objet d’une plainte. En effet, le capitaine Moussa Dadis Camara a porté plainte contre son ancien collaborateur pour dit-on « chantage ». Réagissant à cette plainte, l’avocat de Marcel a laissé entendre que cela peut être « inquiétant ».

A en croire Me David Béavogui, il ne faut pas aller vite en besogne : « Quand vous voyez deux personnes pourchassées par un lion et qui s’arrêtent à cours de chemin pour se donner des coups de poing, ça peut être inquiétant. Mais, je n’ai pratiquement pas d’appréciation à faire par rapport à ça, puisque l’affaire est en enquête préliminaire. Il appartiendra aux officiers de police judiciaire et aux magistrats d’élucider les accusations des uns contre les autres. On ne peut pas aller trop vite en besogne tant qu’on aura pas écouté le capitaine Marcel par rapport à ce qu’il va dire. Je ne sais pas ce qui a amené capitaine Dadis à porter plainte contre lui, c’est lui qui sait les motivations de sa plainte. Mais, je pense qu’il faut attendre les dépositions du capitaine par rapport à ce qu’il avait dit au préalable et par rapport à ce qu’il reprocherait à d’autres accusés pour donner une appréciation à ces déclarations. Si ses déclarations tendent à élucider, éclairer la religion du tribunal criminel et du peuple de Guinée, même du monde entier par rapport aux événements du 28 septembre, vraiment ça sera salutaire. Dire que c’est un déballage qui va être à l’origine d’un divorce entre le capitaine Dadis, je pense que c’est aller vite en besogne, il faut attendre d’abord », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Faranah: tenue de la réunion de capitalisation des données sur les cas de violences basées sur le genre

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...