Sélectionné pour vous :  Célébration de la victoire du Syli à Kankan : sept blessés admis aux urgences de l'hôpital régional 

Contrôle de l’installation frauduleuse des élèves demandé par Guillaume Hawing : « Matoto respectera cette instruction », dixit le DCE

L’installation frauduleuse des élèves dans les établissements publics et privés d’enseignement secondaire est une des mauvaises pratiques qui rongent aujourd’hui le système éducatif guinéen. Le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation a pris des dispositions pour venir à bout de cette pratique, en invitant les inspecteurs et les directeurs communaux de l’éducation, ainsi que les chefs d’établissements à procéder à un contrôle systématique par rapport à cette situation dès la rentrée prochaine des classes. En effet, dans la circonscription éducative de Matoto, cette consigne sera respectée à la lettre pour le bien être du système éducatif national, rassure le DCE de cette commune que nous avons interrogé ce jeudi, 14 septembre 2023.

Aujourd’hui dans plusieurs établissements d’enseignement publics et privés du pays, le constat révèle la falsification des notes de certains élèves pour leur permettre de passer en classe supérieure mais aussi et surtout, l’existence des élèves sans dossiers. Ainsi pour mettre fin à cette pratique, les responsables des directions communales de l’éducation et d’autres sont appelés à prendre des dispositions idoines. Pour le bon fonctionnement du système éducatif guinéen selon le Directeur communal de l’éducation de Matoto, cette instruction donnée par le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation ne souffrira d’aucune objection.

« D’abord notre mission, c’est de mettre notre système éducatif sur les bons rails. Sur ce, à Matoto, je ne pense pas si ces installations frauduleuses des élèves existent. Parce que mes chefs d’établissements du public et du privé sont constants là-dessus. On ne reçoit pas un élève sans un transfert. C’est-à-dire, un élève peut quitter une école A pour une école B, ce transfert nécessite une voie à suivre. Il faut que les autorités donnent un papier l’envoyant dans une autre école. Et un transfert, c’est celui-ci qui remplit ces critères : le livret scolaire dignement rempli et le diplôme légalisé. Si c’est au collège, le diplôme de la 6e année d’entrée en 7e année, si c’est au lycée, le diplôme du BEPC. Donc en gros, il y a des dispositifs à ne pas dévier. Et j’ose dire sans risque de me tromper que Matoto respectera cette instruction de Monsieur le ministre », a dit Sékou Kaba.

Sélectionné pour vous :  Taux d'inflation, suppression des EPA, visite de Kagamé, projet Simandou : la mise au point du Premier ministre, Bah Oury 

Ce responsable communal en charge de l’éducation, rassure qu’il a déjà entretenu les chefs d’établissements qui sont sous sa tutelle pour l’application stricte de cette décision.

« Moi j’ai déjà parlé avec mes chefs d’établissements. Qu’aucun élève ne soit reçu dans une école sans ses dossiers au complet. Ça, c’est non-négligeable. J’y veillerai et mes cadres aussi veilleront sur cet acte de Monsieur le ministre », a-t-il rassuré.

Pour finir, Sékou Kaba a martelé que des sanctions sévères seront prises contre toute école qui tenterait de violer ces instructions.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...