Sélectionné pour vous :  Mission d'évaluation en haute mer : un résultat provisoire indique l'absence visuelle de la nappe polluante (ministère de l'Environnement) 

Crise au sein de la Fédération guinéenne de football: ces propositions de solutions du consultant sportif, Thierno Saïdou Diakité

Depuis plusieurs années maintenant, le football guinéen est plongé dans une crise sans précédent. Les acteurs qui le composent peinent à s’entendre autour de l’élection d’un bureau exécutif de la Fédération guinéenne de football. Chose qui avait conduit à la mise d’un Comité de Normalisation qui jusqu’à la fin de son mandat le 30 novembre dernier, n’a pas pu organiser l’assemblée générale élective.

Désormais, la gestion de l’instance est confiée au secrétaire général de ladite Fédération, qui aura la lourde charge d’organiser l’assemblée générale. Une crise de trop que regrette le consultant sportif, Thierno Saïdou Diakité.
« C’est avec un sentiment de révolte et de regret que j’observe cette crise qui ne date pas de maintenant. Elle date de 2021 lors du processus électoral qui devait permettre d’organiser l’assemblée générale élective. C’est pendant ce temps que y a eu un malentendu entre la commission électorale, la commission d’éthique et la commission électorale de recours. C’est ainsi que la FIFA a mis en place un Comité de Normalisation. Je suis vraiment peiné de parler de cette crise, je souhaite vraiment qu’une sortie de crise soit rapidement trouvée avant le début de la Coupe d’Afrique des Nations, qui va avoir lieu le mois prochain en Côte d’Ivoire », martèle notre interlocuteur, qui estime que le consensus n’est pas une solution définitive à la crise qui continue de ronger la Feguifoot.

« Y a des nouveaux statuts de la fédération guinéenne de football qui ont été approuvés au mois de juillet par l’ensemble des membres statutaires. Je pense qu’il vaudrait mieux appliquer les textes sans parti pris. Qu’à la suite de l’élection des ligues régionales, qu’on programme l’assemblée générale. Je ne suis pas pour le consensus. Le consensus n’est pas prévu dans les statuts. C’est vrai qu’on veut sauver une situation, mais je vous assure si on obtient ce consensus, on met en place un bureau consensuel dans moins de 6 mois, il y aura des problèmes, je ne le souhaite pas. Le consensus n’est pas la solution durable », indique le consultant sportif.
Depuis près d’une semaine maintenant, des spéculations selon lesquelles, la Guinée risque une sanction de la part de la FIFA circulent. Pour le Thierno Saïdou Diakité, la Guinée ne risque aucune sanction.

Sélectionné pour vous :  Elhadj Tidiane Koula, président des cambistes : "Depuis l'arrivée du CNRD, on n'a jamais eu une crise de devises au marché ni à la Banque centrale"

« Les 25 et 26 novembre lorsqu’on a constaté l’absence du quorum pour la tenue de l’assemblée générale, le délégué de la FIFA avait instruit au secrétaire général de gérer les affaires courantes. Y a 48 heures, la commission électorale a publié un chronogramme de reprise des élections des ligues régionales du 11 au 19 décembre. Et je crois probablement dans la première semaine du mois de janvier, l’assemblée générale élective du comité exécutif de la fédération va être programmée. On ne risque pas de sanction parce que le directeur régional de la division Associations membres pour l’Afrique, qui était venu a dit qu’il revient à la Guinée de trouver la solution. Actuellement, il y a des concertations en cours, je pense que c’est en accord avec les instances de la FIFA que ces concertations se tiennent. Avant-hier, les protagonistes de cette crise ont été reçus par le Premier ministre qui leur a demandé de revenir aujourd’hui avec des propositions de solutions. Je pense qu’on ne risque nullement de sanction, dans la mesure où la commission électorale gère le processus électoral en accord avec les instances de la FIFA », dit-il.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...