Sélectionné pour vous :  Effondrement de deux immeubles en construction à Matoto : le gouvernement dresse un bilan de 5 morts et annonce une ouverture d'enquêtes

Début d’installation des caméras pour les examens : « Elles ne seront utilisées qu’au bac et ça a ne sera pas dans tous les centres » (Ansa Diawara)

Dans le cadre de l’organisation des examens nationaux session 2022-2023, le ministère de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation a commencé l’installation des caméras dans certains centres pour la surveillance.

Face à la polémique autour de cette opération, le porte-parole du département de l’éducation décide de briser le silence et apporter des précisions. Selon Ansa Diawara, l’installation de ces caméras de surveillance cette année n’est qu’une expérimentation pour quelques centres au baccalauréat.

« L’utilisation de ces caméras de surveillance est une expérimentation. Ce qui veut dire que ces caméras ne seront pas utilisées dans tous les centres du pays et dans tous les examens. Ces caméras ne seront utilisées qu’au baccalauréat unique et ça a ne sera pas dans tous les centres. Quelques centres seront choisis. (…) Ça ne sera qu’une expérimentation cette année », a-t-il laissé entendre mardi sur Espace FM dans l’émission « Les Informés ».

Dans sa communication, le porte-parole du MEPU-A précise que le département n’a déboursé aucun montant pour l’acquisition de ces caméras. A l’en croire, c’est un don des bailleurs de fonds pour une expérimentation.

« Ces caméras nous ont été offertes, parce que j’ai entendu parler du budget. Nous n’avons pas acheté. Ces caméras de surveillance nous ont été proposées par des bailleurs, c’est un cadeau. Certainement on verra comment ça va se passer pour l’année prochaine, mais il n’y a aucun franc que nous avons déboursé pour ces caméras », a déclaré Ansa Diawara.

A rappeler que ces examens nationaux débutent le 05 juin prochain par le Certificat d’Études Élémentaires (CEE) sur toute l’étendue du territoire national, suivra le Brevet d’Étude du Premier Cycle (BEPC), puis le baccalauréat unique.

Sélectionné pour vous :  Moussa Dramé, ancien fumeur : « A un moment donné, j’ai compris que le tabac avait un impact négatif sur ma santé génitale »

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...