Sélectionné pour vous :  Affaire Miss Guinée : Johanna Barry sort du silence et dénonce des "parodies de présélections organisées dans le plus grand amateurisme"

Retard dans le virement de salaire des fonctionnaires, baisse du budget des examens nationaux et paiement des arriérés des contractuels, le SNE se fait voix

Le syndicat national de l’éducation hausse le ton contre le retard accusé dans l’émission des bulletins de paie, le virement des salaires des fonctionnaires, le non-paiement des 7 mois d’arriérés de salaire des enseignants contractuels et la baisse du budget des examens nationaux cette année. Le syndicat s’est fendu d’un communiqué rendu public ce mardi, 30 mai, 2023 pour attirer l’attention de l’opinion publique par rapport à ces différentes situations.

Le dernier paiement des fonctionnaires guinéens selon les informations a eu lieu le 18 avril dernier. Depuis un mois 12 jours environs, ces fonctionnaires sont à l’attente du prochain paiement, mais en vain. Le syndicat national de l’éducation (SNE) constate avec une inquiétude grandissante le retard tant dans l’émission des bulletins de paie que dans le virement des salaires des fonctionnaires dans les banques primaires du pays.

<< Et ce, depuis 42 jours après le dernier virement en date du 18 avril dernier pour permettre aux fonctionnaires de bien passer les fêtes religieuses. Après la fête c’est la défaite et le mois suivant devient triplement long. Et depuis le 26 mai, les fonctionnaires sont regroupés devant les banques sans obtenir le moindre franc. Et ce de 6 h à 19 h.

Pire, ceux qui sont au billetage n’avaient eu leur salaire du mois d’avril qu’au 12 du mois de mai en cours>>, regrette le syndicat.

Ensuite, les contractuels communaux sont sans salaire depuis 7 mois (novembre 2022- mai 2023). Autre constat fait par le syndicat, tourne autour du budget des examens nationaux session 2023, qui serait revu drastiquement à la baisse alors que le nombre de candidats est passé de 540 105 en 2022 à 652 902 en 2023.

<< Ce qui laisserait transparaître l’hypothèse d’une réduction des centres d’examens nonobstant l’expérimentation des caméras de surveillance dans certains centres>>, révèle le SNE.

Face aux nombreux cris de cœur et des appels incessants d’enseignants venant de tous les quatre coins du pays, le syndicat national de l’éducation (SNE ), dans son rôle de force sociale de veille , d’alerte , d’interpellation et de propositions invite le gouvernement  << à sortir de son mutisme à l’effet d’expliquer clairement les raisons de ce retard inédit tant dans l’émission des bulletins que dans le virement des salaires. Une communication gouvernementale ne serait-ce que provenant du Ministre du budget aiderait à dissiper les inquiétudes et faire taire des rumeurs distillées ça et là dans la cité par des marchands d’illusions>>, a lancé le secrétaire général du SNE qui ajoute ceci:

Sélectionné pour vous :  Kankan : la date de l'ouverture du procès des 13 manifestants interpellés connue (source)

<<Le syndicat national de l’éducation tient à informer les enseignants de Guinée qu’il n’est au courant d’aucune prétendue augmentation de salaire indiciaire ou de primes qui justifierait le retard du paiement des salaires. Le recensement tant démarré en fanfare tarde à faire ses effets et les négociations entre les centrales syndicales et le gouvernement n’ont pas encore commencé. Bien malin celui qui pourra justifier ce retard par une quelconque idée d’augmentation de salaire.

 Il serait important de savoir si toutefois le gouvernement resterait toujours crédible auprès des banques primaires qui jadis, sur la base d’un ordre de virement et d’un état de salaire payaient les fonctionnaires avant que l’Etat ne verse l’argent dans leur compte>>, s’interroge Michel Pépé Balamou.

Pour finir, le syndicat national de l’éducation invite les Ministres de l’administration du territoire et de la décentralisation et celui de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation à communiquer sur la date de paiement des 7 mois d’arriérés de salaire des enseignants contractuels communaux totalement bloqués à l’intérieur du pays n’ayant aucun moyen de subsistance à plus forte raison de transport pour regagner leur famille respective.

 

 

Cheick Fantamadi pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...