Sélectionné pour vous :  Retour de Cellou Dalein en Guinée : « Nous n’avons pas besoin de garanties », estime Joachim

Derniers instants de Sow Baïlo: « Le ministère de la Culture ne l’a jamais abandonné », selon Faya François Bourouno

72 heures après sa disparition, un symposium a été organisé ce lundi, 11 septembre 2023 à l’hôpital de l’amitié Sino-guinéenne pour rendre un dernier hommage à l’humoriste guinéen Sow Baïlo. Une occasion pour les autorités du ministère de la Culture de rappeler le soutien du département vis-à-vis du défunt quand il traînait la maladie qui a finalement eu raison de lui.

Représentant le ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat à la levée de corps du comédien, Faya François Bourouno, secrétaire général dudit département a laissé entendre que le ministère n’a jamais abandonné le désormais feu Sow Baillo.

« On est toujours en contact avec la famille de Sow Baillo. Depuis l’année dernière, on avait des informations sur son état de santé. À plusieurs reprises, on a été interpellés, on a été avec sa famille pour faire face aux différentes crises sanitaires qu’il a eu à traverser. On a été aux côtés de sa famille, c’est ce contact régulier qui nous a permis les secondes qui ont suivi son rappel à Dieu. quand on a été informés, immédiatement on s’est mis à la disposition de la famille.
Au niveau du ministère, on ne dira jamais qu’on a fait assez mais soyez sûrs que le ministère n’a pas abandonné sa famille, n’a pas abandonné Sow Baillo bien avant sa mort. Le ministre était à côté et le ministère continue à être à côté de sa famille et ses amis. Et dans la mesure du possible, le ministère continuera à le faire. Le moment est un moment de deuil, c’est un moment de prière, nous sommes là pour prier pour le repos de son âme. Le moment n’est pas indiqué pour des discours politiques, pour des discours d’engagement. Nous souhaitons que dans la mesure du possible, que Dieu nous facilite les choses pour davantage accompagner sa famille biologique et sa famille culturelle. Mais soyez aussi convaincus que la culture guinéenne, nous heritons d’une situation lourde. Il est très facile de parler de prise en charge mais aujourd’hui qu’est-ce que les gouvernements précédents ont fait pour mettre en place le mécanisme qui facilite la prise en charge ? Aujourd’hui, le travail au niveau du ministère, c’est effectivement faire en sorte que les artistes puissent être de véritables entrepreneurs culturels. Que les questions d’accompagnements se posent de moins en moins. Mais plutôt la question de carrière artistique qui soit une question essentielle à régler pour amener les artistes comme vous les journalistes à se prendre en charge quand vous faites face à des moments de douleurs », dit-il.

Sélectionné pour vous :  Grève du mouvement syndical guinéen : "ce qui pourrait nous faire revenir autour de la table, c'est si le camarade Pendessa est libéré"

Sow Baillo a rejoint sa dernière demeure dans l’après-midi de ce lundi. Il laisse derrière lui une veuve et six enfants, apprend-on.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...