Sélectionné pour vous :  Labé : Quatre apprentis d'un camion périssent dans un accident de la circulation, à Thianguelbory

Des habitations du pont 8 novembre à l’aéroport menacées de déguerpissement ? La mise au point du ministère de l’Habitat

Depuis un certain temps, des informations font état du déguerpissement très prochain de toutes les habitations se trouvant sur le long de l’autoroute Fidel Castro, notamment du Pont 8 novembre jusqu’à l’échangeur de l’aéroport Gbessia-Conakry.

Interrogé sur le sujet ce mardi, 20 juin 2023, Sory Bintou Sangaré, chargé de communication et des relations publiques du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire chargé de la récupération des biens spoliés de l’État a tenu à apporter des précisions.

« Quand on dit tout doit être déguerpi [sur cet axe], c’est vague. Parce qu’il y a des habitations légales qui se trouvent là. Je ne peux pas dire que tout doit être déguerpi. Du Pont 8 novembre à l’aéroport, il y a un passage de train. Si par exemple, ce passage-là est occupé, on va déguerpir. On ne va pas laisser, parce que nous allons sauver la vie des citoyens. Tous ceux qui sont dans les encombrants physiques, tous ceux qui sont installés illégalement, on va mettre fin à ça », a-t-il déclaré chez nos confrères de Cavi Medias.

Alors que les déguerpis dans d’autres zones attendent toujours d’être dédommagés, Sory Bintou Sangaré indique que le ministère de l’Habitat n’est pas contre. Mais, ajoute-t-il, le dédommagement obéit à une procédure.

« Déguerpir, c’est un processus. Dédommager, c’est un avis judiciaire. Quand vous disposez des documents légaux, c’est à la justice de dire à l’habitat il faut dédommager tel ou tel citoyen. Quand il y a une opération de déguerpissement, nous menons l’opération. Après l’opération, si tu n’es pas d’accord, tu disposes des documents légaux, va porter plainte », a-t-il exhorté.

Sélectionné pour vous :  Verdict du TPI de Mafanco : "Malgré la double injustice, je n'abdiquerai point pour mes droits"

Le chargé de communication et des relations publiques du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire chargé de la récupération des biens spoliés de l’État précise tout de même que le plan de masse dont beaucoup se fient pour demander un dédommagement « n’est pas un acte de propriété ».

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...