Sélectionné pour vous :  Projet d’appui à la gouvernance locale : la Banque mondiale alloue 81 millions de dollars à la Guinée

Des mains noires pour boycotter le combat « boxer pour l’honneur » en Guinée ? Déçu, Mamadou Axcel Keïta interpelle le Colonel Doumbouya

Double champion du monde de Boxe, Mamoudou Axcel Keïta veut mettre ses titres en jeu pour son dernier combat en Guinée, son pays d’origine. Ce combat dénommé « boxer pour l’honneur » est prévu le 28 octobre prochain à Conakry. Sauf que le boxeur rencontre assez de difficultés dans les préparatifs. Des mains noires seraient en train de tout faire pour saboter ce projet patriotique de grande envergure, a-t-on appris.

Voulant faire de ce combat un évènement national, Mamadou Axcel Keïta n’arrive toujours pas à rencontrer le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya depuis son retour pour la seconde fois au pays dans le cadre de ses préparatifs.

« Ça fait plus de cinq ans que j’avais décidé de faire mon dernier combat et arrêter. En 2021, j’ai combattu pour le championnat intercontinental dans une situation difficile avec le Corona et j’ai gagné. Après quand je suis venu en Guinée, pour la première fois j’ai été accueilli comme ça se doit et le président aussi m’a accueilli comme un champignon. Et cela m’a motivé et j’ai décidé d’aller le chercher une ceinture. Donc, j’ai mis ma ceinture en jeu pour 2022 et je l’ai gagnée pour le président. Et quand je suis revenu, je ne sais pas si c’est son agenda, mais en tout cas il ne m’a pas reçu. Depuis lors j’essaye, mais jusqu’à présent on ne s’est pas vu. Je suis en train de courir partout mais jusqu’à présent », a-t-il expliqué.

A l’en croire, des personnes tapis dans l’ombre l’empêchent d’avancer dans les préparatifs parce que tout simplement il n’aurait pas passé par eux pour l’organisation de l’évènement. Et pourtant, dit-il, son seul souhait aujourd’hui est de faire ce combat à l’honneur du peuple de Guinée et de toute la jeunesse africaine.

« J’ai eu une proposition pour le 11 novembre en Europe mais je leur ai dit non, je veux faire mon dernier combat chez moi en Guinée. Donc, il faut que ça se fasse en Guinée même si c’est difficile pour le moment. Mes amis en Europe m’appellent même de fois le rêve impossible, parce que je n’arrive toujours pas à le réaliser. J’ai voulu mettre le plus grand prix en jeu ici et boxer pour honorer. J’ai voulu faire un combat pour la mémoire de la jeunesse africaine, j’ai même invité quelques personnalités de la sous-région. Il y a eu plus de 150 boxeurs qui veulent le titre mais j’ai sélectionné un adversaire, un allemand qui doit venir chercher la ceinture ici en Guinée », a-t-il déclaré sur Espace FM.

Sélectionné pour vous :  La transition guinéenne se dirige-t-elle vers son déclin ? : ces révélations croustillantes de Foniké Menguè du FNDC

C’est pour toutes ces raisons que le double champion du monde de boxe veut que l’événement soit national, mais surtout avec l’implication active du président de la transition et des autorités en charge du sport. Faute de quoi, le boxeur redoute que le combat n’ait lieu.

« Des trucs comme ça, il faut vraiment l’aide de l’autorité. Sinon, ça ne va rien donner. Mais si je ne vois pas l’autorité, il n’y a pas de combat. Dans ce cas, je vais prendre la date du 11 novembre mais ça sera vers l’Allemagne. C’est clair, si je ne rencontre pas le président, le combat ne se fera pas en Guinée. Et ça ne sera pas la première fois. Ça sera la troisième fois que je perds comme ça, parce que je veux honorer la Guinée. Une fois, on avait mis tout sur place, mais quand le programme a échoué, je devais rembourser tous les boxeurs à plus de 18 mille euros. Mais quand on est guinéen, il y a des sacrifices », a-t-il souligné.

Mamoudou Axcel Keïta a mis l’occasion à profit pour lancer un appel au Colonel Mamadi Doumbouya pour son implication et l’implication des services de sport dans l’organisation de ce combat à l’honneur du peuple de Guinée.

« Je veux son aide matérielle et financière, mais je veux surtout son implication pour que ça soit une organisation nationale, parce qu’il y a deux présidents qui sont invités. S’ils ne viennent pas, c’est sûr qu’ils vont envoyer leurs représentants et il y a encore huit à neuf grands champions de boxe qui sont invités. Grâce à ça, la Guinée sera projetée pendant ces jours », a dit le double champion du monde de boxe.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...