Sélectionné pour vous :  Université de N'zérékoré : près de 2000 nouveaux étudiants attendus cette année

Axe Boké-Gaoual : Zoom sur la dégradation avancée de cette route dénommée « la route de l’enfer »

« C’est la route de l’enfer, lé tronçon de tous les dangers, le trajet dont la dégradation est connue de tous. Cette route est à la base de beaucoup d’accidents de la voie publique car chaque jour des gros porteurs remplis de marchandises tombent en panne et certains passent de nombreux jours en pleine brousse », affirme Aminata camara, qui revient d’un séjour à Gaoual.

Comme elle, tous ceux qui pratiquent cette piste rurale ressentent le même sentiment de colère et de déception. Car, entre nids-de-poule béants, pistes boueuses et glissantes, des engins immobilisés. L’axe Boké-Gaoual est un véritable cauchemar, s’indigne Mamadou Mboye Diallo, chauffeur qui semble bien connaître cet axe.

« Nous souffrons sur cette route, il arrive qu’on fasse des jours voire des semaines quand nous tombons en panne. Je vais vous dire, nous les chauffeurs, ce n’est pas tout le monde qui se hasarde à pratiquer cette route parce que c’est tellement dangereux que vous ne pouvez pas imaginer. Beaucoup de conducteurs n’osent pas emprunter ce tronçon à cause de son état de dégradation », a-t-il indiqué.

En cette période hivernale, la défectuosité avancée de cette route internationale préoccupe les usagers qui l’ont pratiquée à contrecœur. C’est le cas de Ibrahima, chauffeur de camion: « Moi, je transporte des bagages de Djan Djan jusqu’à Wendou M’bour. Mais chaque fois que je tombe en panne de pneus et avec mes apprentis, une fois que ça arrive, on cherche une alternative puisque avec le pneu de secours on change. Des fois, nous manquons de secours. Alors là, c’est autre chose parce que pour avoir un vulgarisateur, c’est tout à fait un problème. Personnellement c’est ce qui me permet de nourrir ma famille sinon j’allais me reposer d’abord », dit-il.

Sélectionné pour vous :  Université de N'zérékoré : près de 2000 nouveaux étudiants attendus cette année

Distante de près de 190 kilomètres, la route Boké-Gaoual n’a jamais connu de bitume depuis l’accession de notre pays à l’indépendance. Pourtant, elle est considérée comme étant l’un des trajets les plus économiques en Guinée. Car, de nombreuses tonnes de marchandises en partance ou prévenance des pays voisins comme la Guinée, le Sénégal et la Gambie y transitent.

D’après nos informations, des études de faisabilité ont été faites par l’Etat guinéen mais il va falloir patienter d’abord à cause du manque de financement pour la construction de cette route, apprend-on.

 

Boké, Bailo Bah pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...