Sélectionné pour vous :  A la rencontre du premier de la préfecture de Faranah au compte du CEE: " Je veux devenir avocat pour défendre les faibles"

Dr Faya Millimouno met en garde le CNRD : « Nous dénoncerions si on devait reprendre le dialogue qui a été fait »

La junte guinéenne et plusieurs acteurs sociopolitiques non des moindres semblent ne plus conjuguer le même verbe depuis plusieurs mois maintenant. Des leaders réunis au sein des Forces Vives de Guinée (FVG) exigent du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD), la mise en place d’un autre cadre de dialogue cette-fois ci présidé par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette exigence n’est pas du goût des acteurs politiques qui ont pris part au dialogue qui a abouti à 35 résolutions.

Dr Faya Millimouno, président du Bloc Libéral (BL), dit à qui veut l’entendre qu’il est hors de question de mettre en place un autre cadre de dialogue : « Le dialogue auquel mon parti et ma coalition ont participé, n’était pas exclusif non plus. Tout le monde n’était pas autour de la table, certains ne l’étaient pas par choix. La démocratie, la liberté c’est d’abord la liberté de choisir. Ça sera une manière de jeter par la fenêtre le bon public. Je dénoncerai cela parce que personne n’était empêché d’être autour de la table. C’est même hypothétique parce que je ne pense pas qu’on y reviendra. Nous dénoncerions si on devait reprendre le dialogue qui a été fait. Au moment où ce dialogue a été fait sans que personne n’ait été empêché d’être autour de la table », a-t-il lâché chez nos confrères de la radio Espace.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Sélectionné pour vous :  AG RPG AEC : Domani Doré appelle les militants à « répondre à tout appel des FVG pour mettre un terme à cette confiscation du pouvoir »
Laisser une réponse
Share to...