Sélectionné pour vous :  Didi ( Siguiri): un homme d'une quarantaine d'années perd la vie dans l'éboulement d'une mine d'or

Non payement des primes des supporters et journalistes guinéens : ces révélations à couper le souffle d’un journaliste sportif

Le sujet relatif au payement des primes refait toujours surface à chaque participation du Syli National à la Coupe d’Afrique des Nations. Pour l’édition de 2023, des supporters et journalistes se plaignent du non payement de leurs primes. Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction, un journaliste a fait des révélations tout au moins croustillantes.

Sans passer par le dos de la cuillère, notre interlocuteur a remué le couteau dans la plaie :

« Je décide de sortir de mon silence suite à l’attitude désagréable de certains dirigeants du foot-ball de notre pays. Comme vous le savez, à la veille du match contre la Guinée Équatoriale, nous avons tous suivi la réclamation des joueurs suite au nom payement de leurs primes de qualification. Et tout dernièrement après l’élimination de l’équipe en quart de finale par la RDC, les supporters venus des quatres coins de la Guinée et qui ont tout donné se sont aussi plaint pour la même cause (le paiement des primes). La plupart d’entre eux se sont retournés au pays ce dimanche sans aucun sou. On leur a promi de les payer à l’arrivée mais quand ?

Sans aucune assurance. De même, une dizaine de journalistes venus couvrir cet événement n’ont pas perçu leurs primes. À notre arrivée, certains ont eu des problèmes de logement, il y en a qui ont passé deux ou trois jours à la belle étoile sans être logés. Parceque selon les organisateurs, ils n’ont pas leurs noms sur la liste. Alors que la première liste qui avait été établie, leurs noms figuraient mais à la dernière minute, ils ont enlevé certains noms et inséré d’autres (leurs petits et copines) qui n’avaient en réalité rien à faire dans cette CAN », nous-a-t-il confié avant de poursuivre : « Juste pour bénéficier des primes. À une semaine de l’arrivée, une prime de 1000$ a été payée à une partie des journalistes et les autres jusqu’à l’heure où je vous parle même un franc. Même pour se connecter et faire des papiers ou pour se déplacer, il faut quémander. Pour accéder aux stades, certains qui n’avaient pas d’accréditation ont eu toutes les peines à faire leur travail par faute de tickets. Pour les primes, lors du passage de la tournée du ministre Béa dans les différents hôtels où sont logés les journalistes et les supporters, le Secrétaire général monsieur Billy Kaba avait ordonné au DAF Sinimory Camara de payer les primes aux journalistes qui n’en avaient pas bénéficié mais jusqu’à présent ils n’ont reçu aucun franc. C’est des attitudes qui n’honorent pas notre pays. Parmi toutes les nations qui ont participé à cette CAN, c’est seulement du côté guinéen qu’on entend parler des choses comme ça, alors que l’argent y est. C’est juste un refus et la volonté d’empocher l’argent. Si nous voulons que notre foot-ball aille de l’avant, évitons les pêchés et mettons les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Évitons de confier les tâches par affinité », a-t-il conseillé.

 

Sélectionné pour vous :  Mamou : trois voitures remplies de faux médicaments saisies par la police

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...