Sélectionné pour vous :  Vers la réouverture du Centre commercial Sans loi de Kindia : Le bâtiment en pleine rénovation

Évacuation sanitaire de Kassory : « Il n’appartient pas au procureur de décider de la liberté d’une personne qui est arrêtée », tranche Alseny Sall de l’OGDH

Annoncé malade depuis plusieurs mois maintenant, Dr Ibrahima Kassory Fofana n’a toujours pas bénéficié de l’autorisation de la justice pour une évacuation Sanitaire. Ce, malgré que son médecin traitant ait confirmé que son patient traine une pathologie. Une situation qui préoccupe des organisations de défense des droits de l’homme, à l’image de L’OGDH dont le chargé de communication a été interrogé ce lundi, 10 juillet 2023 par un des reporters de Siaminfos.com.

Détenu depuis un an et quelques mois à la maison d’arrêt de Conakry pour de fais présumés de corruption, détournement de fonds publics, enrichissement illicite, blanchiment d’argent, l’ancien Premier ministre doit être évacué pour les soins, selon Alseny Sall. Selon lui, le procureur Aly Touré qui est le représentant du ministère public dans cette affaire, n’a aucunement ce pouvoir de retenir le prévenu en prison alors qu’il est malade.

« Nous pensons qu’il n’appartient pas au procureur de décider de la liberté d’une personne qui est arrêtée. Comme vous le savez, c’est lui le poursuivant. Mais il appartient au juge de fond de prendre sa responsabilité et d’apprécier le cas en toute objectivité et de prendre des mesures idoines qu’il faut pour que M. Fofana soit soigné en Guinée ou ailleurs. Le plus important est qu’il soit soigné », a-t-il indiqué.

Notre interlocuteur signe et persiste que le droit à la santé est fondamental. A l’en croire, l’Etat a toute l’obligation de créer des conditions pour que Dr Kassory Fofana et d’autres anciens cadres prisonniers qui sont dans la même situation recouvrent la santé.

Sélectionné pour vous :  Conakry : des jeunes du quartier Bomboli dans la rue, la circulation bloquée

« Lorsque des personnes sont soupçonnées des infractions allant dans ce sens et qu’elles soient arrêtées, normalement elles ont droit à un procès. Mais malheureusement cela fait plus de dix mois que Kassory et d’autres sont en prison sans jugement, c’est très regrettable. Parce que lorsque vous êtes privé de votre droit à la liberté de circulation, cela ne vous prive pas des autres droits. Le droit à la santé, est un droit fondamental. Nous pensons que lorsque l’Etat guinéen n’est pas en mesure d’organiser le procès de ce monsieur, il est de son obligation de créer des conditions pour qu’il soit soigné quand il est malade », martèle ce défenseur des droits de l’homme.

Par ailleurs, l’OGDH salue la ferme volonté des autorités de la transition de lutter contre la corruption et la gabegie financière.

 

Cheick Fantamadi pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...