Sélectionné pour vous :  Éruption cutanée chez des pêcheurs : la Fédération des pêcheurs dénonce la lenteur de la justice et soupçonne une main noire derrière le dossier

Choix des membres du prochain gouvernement guinéen: « Il faut choisir des hommes et femmes qui connaissent le pays, qui aiment le pays »

Après sa nomination par le Général Mamadi Doumbouya il y a quelques jours, le nouveau Premier ministre doit s’atteler à la composition de son gouvernement. Si certains pensent que pour reussir il lui faut un gouvernement de mission, d’autres estiment qu’un gouvernement d’union ou encore de l’arge ouverture est la clé de réussite. Pour Ange Gabriel Haba, secrétaire exécutif du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, il faut choisir des hommes et femmes qui connaissent et qui aiment bien le pays.
D’entrée il fait savoir que « la nomination de Bah Oury, je pense que ça répond aux attentes de plusieurs citoyens et de plusieurs acteurs. En termes de carrière, il a fait ses preuves. En matière de rigueur et de discipline, je pense qu’il bénéficie d’une certaine confiance qui peut être un atout pour lui dans le cadre de la gouvernance de la transition. Mais, je voudrais préciser une chose. Monsieur Bah Oury est nommé dans un contexte difficile. Il faut qu’il ait beaucoup plus de méthodes. Et l’autre chose, la réussite de monsieur Bah Oury dans l’attente de ses objectifs ne dépendra pas que de lui seul. Sa réussite dépendra de l’ouverture de chaque acteur sociopolitique. Je pense que cette fois-ci, nous devons mettre derrière nous tout ce qui ne nous a empêché de s’asseoir ensemble pour faire prévaloir nos valeurs d’unité », a dit notre interlocuteur avant de renchérir:

« Je pense que le gouvernement qui doit être mis en place, doit être clairement basé sur nos réalités. C’est-à-dire les compétences. Il faut choisir des hommes et des femmes qui connaissent le pays, qui aiment le pays. Il faut nommer des gens qui ont une certaine intégrité et qui bénéficient de la confiance des citoyens. Parce que y a déjà eu une rupture de confiance entre le gouvernement et les populations avant la dissolution du gouvernement. Le gouvernement qui sera mis en place doit rétablir la confiance entre gouvernés et gouvernants », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Des enseignants assistants opprimés par le rectorat de Gamal et le SNAERSURS ? : « Au sein de cette institution, nous sommes des cibles à abattre »

Selon Ange Gabriel Haba, le nouveau Premier ministre doit avoir pour mission principale, le rapprochement des parties pour un dialogue franc et le retour rapide à l’ordre constitutionnel.

« Nous sommes à un niveau où le respect du délai de la transition reste un défi. La mission principale que monsieur Bah Oury doit avoir, c’est d’établir un plan d’actions. Il doit faire l’état des lieux de la mise en œuvre du chronogramme de la transition pour que les Guinéens puissent savoir nous sommes à quel niveau. Est-ce que la date peut être tenue ou pas ? Parce que s’il ne fait pas ça pour qu’on ait une lecture exacte de mise en œuvre du chronogramme de la transition, les gens vont le prendre comme responsable de l’échec. Il faut qu’il soit sincère avec les Guinéens. Autre chose, il doit raffermir le dialogue, parce qu’il est venu au moment où y a rupture de dialogue entre les acteurs sociopolitiques », a-t-il indiqué avant de continuer :

« Le marché est devenu très cher. Y a pas de courant, les populations tirent le diable par la queue. Il y a besoin d’être très méthodique et de se départir de son manteau de président de son parti et d’accepter tous les acteurs pour réussir sa mission. J’ai entendu d’autres dire que le profil n’est pas important. Moi, je pense que c’est important. Le profil, c’est la capacité de ce leader à convaincre le CNRD pour les orienter vers les objectifs essentiels de la transition, notamment le retour à l’ordre constitutionnel », a fait savoir Ange Gabriel Haba.

 

Ibrahima CAMARA pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...