Sélectionné pour vous :  Kindia : Les activités de la semaine de l'indépendance lancées par les autorités

Guinée : les épreuves du concours d’accès à l’enseignement technique et professionnel lancées

Les premières épreuves pour le concours d’accès à l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont été lancées ce lundi, 18 septembre 2023. Ils sont au moins 25000 candidats sur toute l’étendue du territoire national. À Conakry, c’est le lycée 1er mars situé dans la commune de Matam qui a servi de cadre à ce lancement.

Et, c’est le secrétaire général du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle qui a présidé ce lancement en représentant son ministre, Alpha Bakar Barry pour la circonstance. Dr Youssouf Boundou Sylla a parlé l’importance de ce concours.

« Nous faisons en sorte que les futurs ouvriers qui sont en train de passer les examens puissent participer activement et efficacement au processus de développement de l’économie nationale. Il y a plus de 120000 emplois qui sont attendus. Et comment nous allons pouvoir combler ce déficit si on ne forme pas les ouvriers qualifiés pouvant répondre au besoin de ces entreprises minières impliquées dans le cadre du projet simandou et tant d’autres? Donc, c’est dans l’esprit d’avoir de la qualité au niveau du ministère de l’enseignement technique que nous avons exigé certains nombre de rigueur pour faire en sorte que ceux qui auront le concours puissent avoir un cursus leur permettant efficacement de renforcer leurs capacités, mais aussi être utile pour le développement de l’économie nationale », a-t-il lancé.

Pour sa part, le responsable du service examen, concours scolaire au compte du ministère de l’Enseignement Technique rassure que les dispositions sont prises pour passer bien ce concours

« Toute les conditions sont réunies pour le bon déroulement de ces examens. Le concours se passe à deux volets, dans les préfectures, nous avons les écoles de type A c’est-à-dire, les candidats qui ont le BEPC et au niveau de la région, les candidats qui ont non seulement le BEPC, mais des candidats qui ont le BAC aussi. Donc sur toute l’étendue du territoire, les dispositions sont prises par le ministère qui permettent au service examen d’évoluer et de commencer les concours d’entrée dans de très bonnes conditions », indique Sékou II Camara.

Sélectionné pour vous :  Journalistes violentés le 16 octobre en Guinée : « Même en Birmanie, on n’a pas vu ça » dénonce Ousmane Tolo de l’UFR

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...