Sélectionné pour vous :  Conakry: Le premier ministre Bah Oury échange avec la délégation de la Cour Pénale Internationale (CPI)

Jusqu’où iront les enseignants contractuels ? « Si l’État continue de faire le malin, nous allons aussi faire le malin en boudant les classes », dixit Moussa Doré 

A cause du non respect du protocole additionnel signé le 24 avril dernier par le gouvernement guinéen, les enseignants contractuels de Guinée observent un débrayage depuis vendredi, 03 mai 2024. Cela fait suite au mot d’ordre lancé par la coordination nationale des enseignants contractuels et le collectif des professionnels de l’éducation.

Les cours vont encore être perturbés dans les salles de classe ces jours suivants si rien n’est fait par le gouvernement guinéen pour trouver solution au problème des enseignants contractuels. En tout cas ceux-ci ont décidé de déclencher une grève dans le secteur de l’éducation. C’est une manière de protester contre disent-ils, l’inaction des autorités guinéennes face à la problématique liée à leur intégration à la fonction publique.

« Nous, on a rempli notre part de responsabilité, il appartenait à l’Etat de travailler afin que les clauses du contrat soient respectés. Malheureusement, nous constatons une lenteur dans le traitement du dossier. Ce qui a fait que nous avons décidé d’aller à la vitesse supérieure parce que les autorités sont en train de jouer avec notre sensibilité », a fait savoir Moussa Doré du collectif.

Ce responsable des enseignants contractuels dit à qui veut l’entendre cet mot d’ordre de grève ne sera pas levé tant que le gouvernement guinéen ne prend pas à bras le corps leur situation.

« Si l’Etat respecte le protocole d’accord additionnel, nous allons suspendre la grève. Mais s’il continue de faire le malin, nous allons aussi faire le malin en boudant les classes », a-t-il martelé.

A signaler que cette grève des enseignants contractuels intervient alors que les examens nationaux sont prévus pour le mois de juin prochain.

Sélectionné pour vous :  Conakry: Le premier ministre Bah Oury échange avec la délégation de la Cour Pénale Internationale (CPI)

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...