Sélectionné pour vous :  Le collectif d'avocats du FNDC répond à Ousmane Gaoual : « à date, Ibrahima Diallo ne fait l'objet d'aucune restriction judiciaire...»

Kankan : des acteurs sociopolitiques divisés sur le bras de fer entre Dr Bernard Goumou et Charles Wright

Après les anciens dignitaires, les DAF, et autres, ce sont désormais les maires des communes urbaines et rurales du pays ainsi que les directeurs généraux des EPA qui sont interdits de quitter le territoire guinéen. Une injonction que le chef du gouvernement, Dr Bernard Goumou n’a pas digérée et a recommandé au Garde des Sceaux de les annuler. Cependant, la réplique du ministre Charles Wright n’a pas tardé à surgir. Dans un courrier réponse, Charles Wright a carrément défié le chef du gouvernement.

Dans le Nabaya, cette passe d’armes entre des ministres de Doumbouya est diversement commentée par des acteurs sociopolitiques. Si certains fustigent la sortie de Goumou, d’autres apprécient sa stratégie de communication. C’est le cas de Lanciné Condé du Bloc Libéral qui tente de s’appuyer sur le code de collectivité pour inciter le Garde des Sceaux à reconsidérer sa décision.

« J’ai suivi ces deux grandes personnalités à travers les réseaux sociaux et j’ai été impressionné par l’approche du Premier ministre vis-à-vis du ministre de la Justice. Vous savez que les communes sont autonomes et les conseillers communaux sont élus. C’est une gestion locale et les recettes sont mobilisées par la Mairie elle-même. La Mairie dispose d’un document juridique appelé le code de collectivité. Les communes évoluent en fonction du respect strict du code de collectivités et en votant les lois. Ainsi, il n’y a pas de décision unilatérale. Tout ce qui concerne les sorties, les ratés et les financements doivent être discutés au niveau de l’Assemblée, et cette dernière est souveraine. Vous comprendrez également que l’État est représenté dans les communes par le receveur et le secrétaire général, qui sont des représentants de l’État. C’est pourquoi le code des collectivités accorde quatorze compétences à la Mairie. Et parmi ces compétences, nous pouvons retenir les deux premières pour répondre au ministre de la Justice. Dans son article 29, alinéa 1, il est stipulé la création, l’organisation, la gestion, la modification et la suppression des services administratifs et publics de la collectivité locale. De même, dans son alinéa 2, il est stipulé que la gestion administrative, financière, budgétaire, comptable et la passation des marchés publics de la collectivité locale. Ces points montrent suffisamment que le code de collectivité a accordé un large pouvoir aux conseillers pour gérer les communes au profit de la communauté « , a déclaré Lanciné Condé.

Sélectionné pour vous :  Le collectif d'avocats du FNDC répond à Ousmane Gaoual : « à date, Ibrahima Diallo ne fait l'objet d'aucune restriction judiciaire...»

De son côté, Alhassane Dialawassa Kanté, acteur de la société civile, estime que ce dernier doit prendre ses distances avec les dossiers judiciaires.

« Le ministre Charles Wright est dans son droit d’interpeller les maires en tant que ministre de la Justice. Toute gestion demande un compte rendu. Donc si les maires ont des affaires, ils doivent rendre compte de leur gestion. C’est ce que nous demandons depuis longtemps. Si le Premier ministre fait une sortie comme celle-là, je crois que le Dr Bernard Goumou doit rester loin des affaires judiciaires. Nous ne sommes pas contents de la déclaration du Premier ministre face à la justice », a dit cet acteur de la société civile.

Depuis des heures, le combat de titans entre Charles Wright et Bernard Goumou reste le sujet principal de la presse. La conclusion de cette confrontation va certainement éclairer le peuple de Guinée sur la démarche gouvernementale.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...