Sélectionné pour vous :  Fête de Tabaski à Siguiri : le prix des moutons varie entre 1 500 000 à 7 000 000 GNF

Kindia: zoom sur le quotidien des enfants qui se lancent dans l’extraction du gravier pour préparer la rentrée scolaire

Pendant que certains parents d’élèves se battent pour trouver des fournitures scolaires pour leurs enfants, dans d’autres familles à Kindia, ce sont les enfants qui se battent eux-mêmes pour préparer leur rentrée scolaire. C’est le cas de Mohamed Soumah et yacouba Sylla que notre correspondant basé dans la ville des agrumes a rencontrés dans la carrière de graviers de Koliadi 1 ce jeudi, 28 septembre 2023.

Ces enfants dont l’âge varie entre 12 et 13 ans n’ont pas peur d’aller au fond du trou pour extraire les cailloux. Car leur seul objectif est de pouvoir s’acheter des fournitures scolaires pour la reprise des cours le 3 octobre prochain.

« Mon papa est décédé, je suis avec ma maman. Mais comme ma mère n’a pas d’argent, j’ai décidé d’extraire les graviers pour me permettre d’avoir un peu d’argent avant l’ouverture des classes. Tout d’abord, quand je viens le matin, je prends ma pioche pour creuser. Après cela, il y a le tamis où on filtre pour séparer la terre du gravier et après j’utilise la pèle pour les regrouper jusqu’à avoir un chargement.
Si je travaille normalement, en 7 jours, je peux avoir un chargement. Donc quand on achète le gravier, je donne l’argent à ma mère pour qu’elle achète mes fournitures scolaires. Et le reste, elle utilise pour nous payer la nourriture. Cette année à l’ouverture, je dois faire la 6eme année », dit-il.

Même son de cloche chez son compagnon Yacouba Sylla dont le père exerce le même métier.

« Je fais ce travail pour me permettre d’avoir les fournitures scolaires que je veux et avoir aussi quelques habits. Mon père fait le même travail mais on ne travaille pas ensemble. Lui, il travaille de l’autre côté de la montagne. Donc mon ami et moi sommes par-là. J’espère que d’ici l’ouverture des classes, je pourrais m’acheter ce que je veux pour pouvoir aller à l’école », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  Militaires guinéens basés aux frontières : « Quand il pleuvait, ils étaient obligés d’aller s’abriter chez les autres », révèle Sadiba Coulibaly

 

Kindia, Sam Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...