Sélectionné pour vous :  N'zérékoré/Pisciculture: Pose de la 1ère pierre d'une écloserie et d'une usine d'aliments pour poissons

Labé : des acteurs politiques réagissent à la dissolution des conseils communaux

Dans un décret lu mercredi, 27 mars 2024 à la télévision nationale, le président de la transition, Général Mamadi Doumbouya a dissous les conseils communaux sur l’ensemble du territoire national. Et depuis cette annonce, les réactions fusent de partout chez les acteurs politiques guinéens.

Interrogé par notre correspondant à Labé, Elhadj Amadou Barry, ex conseiller à la commune urbaine de Labé élu sous la bannière du RPG, estime qu’il fallait renouveler leur mandat, surtout qu’ils étaient dans une dynamique de réalisation d’infrastructures.

« D’abord, je tiens à préciser que si tous les engagements pris par le président de la transition seraient respectés comme cette dissolution des conseils communaux, ce serait une fierté pour tous les Guinéens. Par rapport à cette dissolution, notre mandat de 5 ans a expiré et il y a un langage qui dit que seuls les faibles démissionnent. Parmi les conseillers à Labé, certains avaient envisagé de démissionner, même s’ils ont hésité. Donc, je suis partagé entre fierté et amertume parce que nous avons pu faire certaines choses et d’autres choses, nous n’avons pas pu. C’est à l’image du collège de Doghol Dayebhe, la reconstruction de l’école primaire Kouroula, la construction dun centre de santé à Safatou 2 et la rénovation du collège Hoggo Bouro entre autres. L’emploi des jeunes, la lutte contre l’exode rural et la création des groupements d’intérêt économique ont été entre autres certaines de nos ambitions que malheureusement nous n’avons pas pu faire. Je rappelle aussi que durant notre mandat de 5 ans, nous n’avons pas reçu de subvention. Donc, la majorité de nos projets réalisés a été exécutée grâce à l’ANAFIC », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Kindia : plus de 800 kilogrammes de chanvre indien incinérés par les autorités 

De son côté, Boubacar Sadio Baldé, l’un des vice-présidents de l’ UFR estime que cette dissolution des conseils communaux traduit la volonté des militaires de confisquer le pouvoir.

« Cette dissolution des conseils communaux n’est pas une bonne décision. Je m’attendais plutôt à ce qu’on proroge leur mandat avant la fin de la transition prévue en décembre 2024. Donc, cette étape est un premier pas pour la confiscation de la démocratie. Les maires sont des élus et ils ont un pouvoir. Ils peuvent par exemple détenir des cartes électorales quand il s’agit de période de vote. Donc, au nom de L’UFR, du FNDC politique, nous ne sommes pas satisfaits de cette dissolution des conseils communaux », a-t-il lâché.

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...