Sélectionné pour vous :  Matoto: les ministres Morissanda Kouyaté et Gando Barry coordonnent les opérations d'assainissement

Labé : des commerçants soutiennent la grève générale et illimitée du mouvement syndical

Les 13 centrales syndicales du pays ont appelé à une grève générale et illimitée à partir de ce lundi, 26 février 2024, sur toute l’étendue du territoire national. À Labé, le syndicat a annoncé la fermeture du marché à parti de 9h lundi prochain. Les vendeuses au marché central de Labé ne cachent pas leurs préoccupations suite à cette annonce. Si certaines femmes soutiennent cette grève, d’autres par contre n’ont pas hésité à faire part de leurs inquiétudes suite à ce mot d’ordre de grève.

Interrogée, Fatoumata Diallo, vendeuse de légumes au marché Yenguema soutient cette grève tout en réclamant auprès des autorités la baisse des prix des denrées de premières nécessités :

« En réalité, je suis d’avis pour cette grève même si les autorités jouent à la sourde oreille. Il faut que les autorités procèdent à un rabais des prix parce que le riz, le sucre et beaucoup de denrées ont connu une augmentation significative. Le syndicat a annoncé la fermeture du marché mais nous à Yenguema, nous serons là pour voir comment nourrir nos enfants. Je prie Dieu de libérer tous les détenus politiques y compris le syndicaliste Sékou Jamal Pendessa et toutes ces personnes injustement incarcérées », a-t-elle sollicité.

Sous le sot de l’anonymat, une autre femme vendeuse de salade au marché de Labé bien  qu’elle soutient la grève, elle reste tout de même inquiète par rapport à la fermeture partielle annoncée du marché :

« Le plus souvent les manifestations entraînent des cas de morts et de blessés. Moi je suis inquiète parce que je me demande comment pourrais-je écouler ma salade quand il y’a grève. Si le marché aussi est fermé moi ça ne m’arrange pas pour pouvoir nourrir mes enfants. Il faut que les syndicalistes reviennent à la raison et les autorités aussi puissent accéder aux différentes revendications de ces syndicalistes », a-t-elle lancé.

Sélectionné pour vous :  N'zérékoré : Lancement du deuxième Salon d'orientation des bacheliers

Interrogé, Mamadou Saliou Diallo, un autre vendeur au marché central de Labé soutient cette grève du moment où elle vise à améliorer les conditions de vie des populations :

« Cette grève appelée par les centrales syndicales est la bienvenue chez moi à 100% compte tenu de la situation que traverse le pays. C’est vrai que certains fustigent la fermeture du marché mais laissez moi vous dire que rien ne peut être acquis dans la facilité. Il faut que les citoyens acceptent pour bénéficier d’une amélioration de leurs conditions de vie. Si vous voyez que nous traversons cette période c’est parce que nous n’avons pas des acteurs syndicaux qui puissent défendre les intérêts des travailleurs et des populations. C’est seulement les syndicalistes et les acteurs de la société civile qui puissent appeler à une manifestation et que les autorités accèdent dans un bref délai à leurs revendications. C’est vrai que la vie est chère mais sans cette grève, comment notre pays va-t-il avancer ? Donc, je suis d’avis pour cette grève et je soutiens les syndicalistes à 100%. Je les invite d’ailleurs à ne pas céder quand cette grève sera entamée lundi prochain. Qu’ils n’acceptent surtout pas la division à cette période si cruciale pour notre pays. Il faut que les autorités acceptent de dialoguer pour trouver un consensus mais si elles jouent à la sourde oreille, peut être que la grève les amènera à fléchir. Aux commerçants, je leur demande de rester à la maison et fermer leurs boutiques », a-t-il lancé.

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...