Sélectionné pour vous :  Cellou Baldé de l'UFDG: "En réalité, le CNRD a divisé la classe politique"

Rapatriement des devises d’exploitation minière/l’ultimatum arrive à terme dans trois jours : « ma main ne tremblera pas » (Gouverneur de la BCRG)

Le gouvernement guinéen avait intimé aux sociétés minières évoluant en Guinée de rapatrier au moins 50% des devises de leurs recettes d’exploitation au plus tard le 31 août 2023. A un peu plus de 72 heures de l’expiration de cet ultimatum, les autorités guinéennes à travers la Banque Centrale restent droit dans leurs bottes.

En réplique à ces injonctions, certaines sociétés minières avaient invoqué leurs conventions d’exploitation qu’elles bénéficient et qui les exempte de cette mesure. Une position que le Gouverneur de la Banque centrale trouve incongru quant on sait que leurs obligations de construire des raffineries ne sont pas respectées.

« Une convention minière comporte des droits et des devoirs. Toute société minière qui invoque une convention doit donc être à l’aise avec tous ces aspects, notamment au niveau de la construction des raffineries ou la visibilité totale des comptes offshores par la BCRG », a lancé Dr Karamo Kaba.

Dans une sortie faite sur LinkedIn, le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée a prévenu toute société qui ne respectera pas cette instruction des autorités.

« L’instruction est claire. Il faut rapatrier 50% des recettes d’exportation. Toute société qui sera défaillante se mettra hors la loi. Nous prendrons nos responsabilités. Ma main ne tremblera pas », a prévenu la première autorité de la BCRG.

Dans cette optique, une rencontre entre les autorités de la Banque Centrale et les représentants des Sociétés minières en présence des représentants de la Direction des Douanes et du Guichet Unique du Commerce Extérieur de la Guinée (GUCEG) a eu lieu le 22 août dernier dans les locaux de la BCRG.

Sélectionné pour vous :  Conakry: Le premier ministre Bah Oury échange avec la délégation de la Cour Pénale Internationale (CPI)

Lors de cette rencontre, Ismaël Diakité, président de la Chambre des Mines de Guinée a expliqué aux autorités de la Banque centrale les difficultés liées à date à la mise en œuvre de cette mesure. C’est notamment « la connaissance de l’état des lieux auprès des banques pour les sociétés qui ont déjà rapatrié une bonne partie de leurs recettes au-delà ou en deçà de la proportion exigée afin que celles qui seront concernées prennent les dispositions idoines, mais aussi la prise en compte des conventions minières des sociétés pour déterminer le niveau de rapatriement ».

Face à cette situation, « il a donc sollicité de la part des Autorités, un balisage de ces questions au cas par cas afin de trouver un mode opératoire facilitant, pour lesdites sociétés, la mise en application rapide de la décision », rapporte la cellule de communication de la Banque centrale.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...