Sélectionné pour vous :  Charles Wright prévient le procureur Aly Touré : "Quand vous faillissez, au regard de la loi, je ne vais pas vous tolérer"

Le mouvement syndical prévoit-il d’aller en grève pour contraindre le gouvernement ? « Pour le moment, aucune grève n’est prévue » (Abdoulaye Camara de l’USTG)

Si jusqu’ici les spéculations ont tourné autour d’un éventuel préavis de grève qui devrait être déposé ce mardi, 10 octobre 2023 par le mouvement syndical guinéen, l’assemblée générale de la classe ouvrière qui s’est tenue ce matin a présenté une autre tendance. Selon le secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée version Mamou, aucune grève n’est pour le moment envisagée.
Alors que les travailleurs venus répondre à l’appel du mouvement syndical étaient tous décidés à en découdre avec le gouvernement, les syndicalistes ont choisi de jouer à l’apaisement en donnant une seconde chance aux autorités de la transition. Pour l’amélioration de la valeur monétaire du point d’indice et autres, le mouvement syndical reste convaincu que le gouvernement va quitter autour de ses 20% préalablement proposés afin de faire une offre conséquente. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Abdoulaye Camara qui a interrogé par la presse.

« Pour le moment, on ne parle pas de 20%, on ne parle pas de 30%, on ne parle pas de 50%, nous sommes autour de la table de négociations et nous pensons que les lignes vont bouger. Pour le moment, aucune grève n’est prévue, on ne souhaite pas ça. Car, ils ont eu la bonne foi de nous inviter autour de la table, donc nous pensons que ça va marcher », espère-t-il.

En ce qui concerne le cas des enseignants contractuels qui exigent leur intégration à la fonction sans condition, laisse entendre:

« Pour les enseignants contractuels de l’Etat, nous avons déjà signé un procès-verbal autour duquel nous sommes en discussions. Nous savons qu’autour de la table, nous avons les cadres intègres et nous pensons que le gouvernement va respecter ses engagements vis-à-vis de nos frères qui enseignent nos enfants à l’intérieur du pays. Nous avons l’espoir que nos camarades seront engagés », a-t-il dit.

Sélectionné pour vous :  Un activiste rejette les excuses publiques du gouverneur de Kankan au nom des organisateurs de la marche de soutien au CNRD

Selon nos informations, le gouvernement va se retrouver le jeudi prochain pour se pencher sur les revendications faites par le mouvement syndical. Et si aucune solution n’est trouvée, les syndicalistes menacent de passer à la vitesse supérieure. Ce, en prenant de fortes décisions pour se faire entendre.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...