Sélectionné pour vous :  Beyla: un accident de la circulation fait cinq morts et plusieurs blessés graves 

Le PM Bah Oury interpelle le ministre de la Santé : « Nous devons tout faire pour réintégrer l’initiative vaccinale universelle »

Le Premier ministre guinéen attire l’attention des cadres du ministère de la santé et de l’hygiène publique sur la réintégration de l’initiative vaccinale mondiale en Guinée. Car depuis environ dix ans, la Guinée a abandonné cette initiative, a-t-on appris. Ce qui ne reste pas sans conséquences, dixit Amadou Oury Bah. Il l’a dit ce week-end lors de la cérémonie de lancement officiel des subventions GC7 2024-2026 du fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

Selon Bah Oury, même si des avancées considérables ont été enregistrées, mais il reste dit-il des efforts extrêmement importants à faire dans la gestion du système de santé en Guinée. Et c’est pour cette raison qu’il mette le curseur sur la réintégration de l’initiative vaccinale mondiale dans notre pays.

« Il y a dix ans, nous avons abandonné l’initiative vaccinale mondiale et ça nous a coûté très cher. Des maladies comme la poliomyélite et tant d’autres ont resurgi. Alors qu’on devrait aller dans un sens où ces maladies auraient pu être éradiquées. Cela impacte la vie des êtres humains. Les enfants, certains qui sont handicapés à vie et des mères qui se retrouvent des fois dans des situations de détresse et des fois qui laissent des vies. Parce que la santé c’est d’abord une question de vie. Nous devons tout faire pour réintégrer l’initiative vaccinale universelle qui nous permettra de vacciner à moindre coût l’essentiel des enfants et des personnes qui doivent l’être dans notre pays », a intimé Amadou Oury Bah, qui a profité de l’occasion pour interpeller les cadres du ministère de la santé à cet effet.

Sélectionné pour vous :  Beyla: un accident de la circulation fait cinq morts et plusieurs blessés graves 

« Le ministère de la santé doit mettre en œuvre des dynamiques susceptibles d’améliorer la gestion de la santé dans sa globalité. Une meilleure coordination, une transparence dans la gestion de l’ensemble du processus et aussi un engagement personnel des hommes et des femmes qui sont dans ce secteur. Et je sais qu’il y en a beaucoup qui s’engagent pour sauver des vies et pour améliorer la santé de nos compatriotes », a-t-il laissé entendre.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...