Sélectionné pour vous :  N'zérékoré/ Deuxième édition du FILA : Zoom sur l'ouvrage “Tour de passe passe

Le RPG AEC réagit aux propos du PM sur l’organisation des élections : « Ce qui a été dit hier, c’est très grave »

En conférence de presse vendredi, à Conakry, le Premier ministre guinéen a évoqué l’intention du CNRD à organiser les élections pour passer le pouvoir aux civils. Dans son discours de circonstance, Amadou Oury Bah a fait savoir qu’il est nécessaire d’éviter d’aller au scrutin avec l’ancien fichier électoral qui, selon lui, comporte assez d’anomalies qu’il faut corriger au préalable. Des propos qui renforcent le doute sur le « manque de volonté » du CNRD d’organiser les élections d’ici 2025, selon certains cadres du RPG Arc-en-ciel.

Réunis au siège de leur parti politique ce samedi, 11 mai 2024, ces cadres de l’ancien parti au pouvoir ont passé au peigne fin le discours du Premier ministre, chef du gouvernement.

« Il faut dire que le RPG arc-en-ciel continue à se poser certaines questions. Est-ce que ce qui est en train d’être dit par le président du CNT et hier par le Premier ministre, sont des messages du CNRD ? On se pose la question. Ou bien c’est des messages personnels ? Vous ne pouvez pas faire une charte, vous ne pouvez pas signer des accords, prendre des engagements et que des personnalités à qui vous avez confié la réalisation du contenu de ces engagements disent autre chose. En réalité, nous attendons la voix officielle du CNRD. Comment on peut dire que cette transition ne prendra pas fin cette année et que le glissement est acté sans donner des indicateurs qui permettront de dire ça va finir en 2025, ainsi de suite. Comment on peut dire que nous n’allons pas organiser les élections tant que ceux qui gagneront sont en place ? Est-ce qu’on est dans une démocratie ? Ou nous sommes dans l’anarchie ? Comment on peut dire que le RPG arc-en-ciel va gagner les élections quand on organise, l’UFDG va gagner quand on les organise, l’UFR va gagner quand on les organise ? N’organisons pas, mettons-les d’abord en prison, détruisons les partis après nous allons former d’autres personnes. Nous allons appuyer des petits partis qui n’ont jamais eu 2% ou bien on va présenter des candidatures indépendantes. Est-ce que c’est des narcotrafiquants ? Est-ce que c’est des terroristes ? La situation est très grave. Ce qui a été dit hier, c’est très grave », a indiqué Marc Yombouno, ancien ministre du Commerce.

Sélectionné pour vous :  Labé : les membres de la chambre régionale de l’agriculture installés

D’ailleurs, ce responsable de l’ancien parti au pouvoir estime que Bah Oury n’est pas la bonne personne à la tête du gouvernement.

« On l’a dit ici avant la nomination de l’actuel PM lorsqu’il est passé sur espace fm, que si le CNRD arrivait à porter sa confiance en lui pour être Premier ministre, ça serait leur échec. Et aujourd’hui, tout semble que nous allons dans ce sens là. Et il a dit qu’il a les mains libres, il n’a aucune pression. C’est pourquoi, on se pose la question pour ne pas qu’il dise que ce n’était pas lui parce qu’on est en train de voir l’homme plusieurs fois. C’est celui qui a été ministre pendant un régime militaire, mais après c’est lui qui a aussi farouchement lutté contre Dadis pour dire que jusqu’à la fin du monde aucun militaire ne doit être maintenant au pouvoir en Guinée. Il était à la tête du comité d’organisation de la manifestation du 28 septembre. Qu’il n’aime pas un pouvoir militaire, il faut la démocratie. Aujourd’hui, nous voyons l’homme autrement qui est avec les militaires », s’exclame Marc Yombouno.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...