Sélectionné pour vous :  Grogne à la RTG : des journalistes refusent toute négociation et exigent le départ de la ministre de l'Information

Dr Dansa sur la rédaction de la Nouvelle Constitution : « Tout ce qui se dit, ce sont des interprétations »

Le président du conseil national de la transition tente de rassurer le peuple de Guinée qui, jusqu’ici, attend impatiemment la nouvelle constitution. Lors de la reprise de la journée sportive et citoyenne ce samedi sur l’esplanade du palais du peuple, Dr Dansa Kourouma a déclaré que le travail qui sera fait dans ce sens, sera le travail qui prendra en compte les aspirations des citoyens guinéens.

A l’en croire, la première mouture de l’avant projet de la nouvelle constitution n’est pas encore disponible, mais le travail se fait d’arrache-pied pour satisfaire les Guinéens.

« Je rassure le peuple de Guinée de compter sur la représentation nationale. Tout ce qui se dit, ce sont des interprétations. Le travail qui sera livré au peuple de Guinée, sera un travail qui sera conforme à ses aspirations. Ça ne plaira pas à tout le monde parce que, même Dieu ne plaît pas à tout le monde. Il faut que les citoyens se ressaisissent, le travail sera livré inchallah », a déclaré Dr Dansa Kourouma, qui rassure également que le travail qui est en train d’être réalisé se fait en commun accord avec le gouvernement.

« Il y a des processus en cours. Le CNT n’est pas le seul qui est concerné. Il y a le gouvernement, il y a les autres qui vont donner leurs avis sur l’avant-projet de la constitution. Nous sommes à ce stade de réglage. C’est une opportunité que je mets à profit pour dire au peuple de Guinée, l’esprit essentiel des réformes qu’on va faire, c’est pour ne pas répéter les erreurs du passé. C’est pour que les institutions soient en mesure de dire la vérité des urnes, quelques soient le Président qui est en face, quelques soient le candidat qui est en face. Nos institutions doivent rester et demeurer la propriété de la nation, elles ne doivent pas être manipulables. Les réformes les plus sérieuses font des jaloux. On ne peut pas faire des réformes profondes, sans vexer, sans briser les intérêts qui sont établis », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  Grogne à la RTG : des journalistes refusent toute négociation et exigent le départ de la ministre de l'Information

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...