Sélectionné pour vous :  Des enseignants contractuels décidés à boycotter la reprise des cours: "Sans paiement des arriérés, pas de rentrée paisible des classes

Le syndicaliste Mamadou Saliou sur le chômage en Guinée : « L’AGUIPE ne fait pas réellement son travail »

Malgré les drames qui se produisent sur la Méditerranée, des milliers de jeunes guinéens sont décidés à quitter le pays, destination l’Europe et l’Amérique, via le Nicaragua. Si certains jeunes guinéens ont préféré l’immigration clandestine, d’autres sont restés au pays mais sans emploi. En marge de la formation initiée par la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG), le 1er secrétaire à l’éducation, formation et recherche syndicale au sein de ladite structure, n’a pas été tendre avec l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE).

Interrogé par notre rédaction ce vendredi, 12 janvier 2024, Elhadj Mamadou Saliou Diallo a dit à qui veut l’entendre que l’AGUIPE ne joue pas son rôle :

« Si les cadres qui y sont ne peuvent pas faire réellement la promotion de l’emploi, ils doivent quitter parce que l’AGUIPE est une agence stratégique pour le monde du travail. On ne peut pas comprendre que des millions de chômeurs se superposent et que des situations soient là dans des entreprises, et jusqu’à présent on n’a aucune lisibilité de cette agence. Même dans le cadre de la législation, on ne voit pas l’apport qu’ils ont apporté. Les chômeurs qui sont là, diplômés de l’Université, est-ce que c’est de leur faute le fait de ne pas trouver du travail. On leur a demandé d’aller à l’école, ils ont reçu les formations, ils sont sortis, mais s’il y a une agence nationale pour la promotion de l’emploi, cette agence doit s’occuper de leurs conditions d’existence, leur enregistrement, on les répertorie et on leur trouve ne serait-ce que des primes de recherches comme ailleurs et l’introduire dans la loi pour qu’ils puissent avoir au moins les frais de leurs dossiers. L’expérience est apparue ici avec la fonction publique. Il faut 100 mille francs mais ce montant est venu de la poche des parents. Après avoir financé l’enfant pour tout son cursus scolaire et universitaire. Donc, je suis prêt à en débattre que l’AGUIPE ne fait réellement son travail. Il faut revoir non seulement ses attributions et son mode de fonctionnement, y compris les ressources humaines », nous-a-t-il confié.

Sélectionné pour vous :  Violences politiques en Guinée : La DSV-BI publie les résultats d'identification et de catégorisation des victimes de 2018 et 2020

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...