Sélectionné pour vous :  Reprofilage des voiries à Kankan : une vaste opération de déguerpissement lancée par les autorités

Interdiction d’embarcations pour les îles de Loos à partir du port de Boulbinet: la décision diversement appréciée par des piroguiers

Jusqu’au 5 janvier, l’embarquement des passagers pour les îles de Loos (Kassa, Fotoba, Rom ou Soro) à partir du port de pêche de Boulbinet est interdite. C’est une décision du ministère des Transports prise en commun accord avec le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile et celui de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. En cette période de fin d’année où ces Îles de Loos sont beaucoup plus convoitées, c’est la Gare maritime de Sandervalia qui va assurer la traversée des usagers.

À la direction nationale de la société navale de Guinée, les cadres se disent prêts à assumer la traversée en toute sécurité, à en croire Koulako Traoré, directeur de l’exploitation de la dite société.

« Chaque fin d’année, on enregistrait des pertes en vies humaines entre Conakry et les îles. Pour palier à ça, le gouvernement a pris des décisions fermes cette année. Parce que ces pertes sont souvent enregistrées avec les embarcations de fortune et à ce niveau, toutes les dispositions sont déjà prises. Ces dispositions sont entre autres: mettre tous les bateaux de la société navale guinéenne et les vedettes à la disposition des passagers », a-t-il indiqué.

Une mesure d’ordre sécuritaire qui n’est pas effective sur le terrain. Au port de pêche artisanale de Boulbinet, la traversée se poursuit malgré l’interdiction faite par les autorités. Chose qui agace Alya Camara, un piroguier interrogé par notre reporter.

« Cette décision des autorités nous fatigue. Elles nous ont délocalisés derrière la présidence et elles nous disent encore que nous n’allons pas assurer la traversée, ce n’est vraiment pas bien. Nous vivons de cette activité et c’est pendant cette période que nous gagnons un peu d’argent. S’ils ferment les ports de pêche, nous allons beaucoup souffrir », regrette ce piroguier.
Pour encourager la population à se diriger vers la gare maritime de Sandervalia, le gouvernement a pris en charge une grande partie du coup du transport. Chose qui réjouit Daouda Bangoura.

Sélectionné pour vous :  Guerre de succession à la coordination nationale des Foulbhé et haali-pular : Elhadj Ibrahima Diallo prend la parole


« Où l’embarcation était à 35 000 francs guinéens, aujourd’hui on paie 15 000. C’est une aubaine pour la famille, les amis de se retrouver ensemble pour une tournée sur les îles », s’est-il réjoui.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...