Sélectionné pour vous :  Kankan : Plus de trente cas de vi0l enregistrés par la direction régionale de l'OPROGEM courant 2023

Les jeunes filles prennent la parole au CNT : « Nous voulons que les filles puissent étudier, prendre des positions de leadership pour… »

Pour le président du conseil national de la transition guinéenne, « les filles jouent le premier rôle au CNT ». Sous le thème « osez et assumez les postes de responsabilité », s’est tenue ce mercredi, 18 octobre, 2023, une plénière dirigée par les jeunes filles à l’hémicycle du palais du peuple. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la célébration en différé de la journée internationale de la jeune fille.

Le CNT en collaboration avec Plan Guinée, donne le pouvoir aux jeunes filles qui représentent selon l’institution parlementaire, la relève pour l’avenir de notre pays. L’idéal est de permettre aux filles de s’exprimer et de s’adapter au rôle de la prise de décision. C’est dans cette optique que les enfants ont siégé ce mercredi à l’hémicycle du palais du peuple pour un exemple de plénière extraordinaire, mise à profit par la présidente du jour Mariame Diallo, du parlement des enfants pour attirer l’attention des autorités sur les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

« Les témoignages des filles révèlent que quasiment chaque moment vécu à la maison, à l’école, dans les transports publics ou les médias sociaux parce qu’elles sont à la fois jeunes et parce qu’elles sont femmes : non éduquées, non informées, généralement mutilées, mariées avant 18 ans et souvent sans leur consentement. C’est cela la réalité de millions de filles en Afrique. Ces multiples violences et violations de leurs droits sont devenues si normalisées qu’elles sont considérées par beaucoup d’entre elles comme un aspect accepté de leur réalité de femmes. Cela implique d’investir dans des approches éducatives adaptées qui enseignent les compétences de leadership des filles et des jeunes femmes et leur permettent de se mettre en avant pour les rôles de prise de décision, quel que soit le contexte », a-t-elle indiqué avant de faire cette proposition aux autorités.

« Si la Guinée veut profiter positivement du dividende démographique, le gouvernement a une obligation de protéger les filles contre la discrimination sexiste dans les sphères où elle est le plus profondément ancrée, uniquement parce qu’elle s’est avérée si difficile à changer par le passé. C’est en s’attaquant aux causes profondes de l’inégalité que nous serons capables de garantir l’égalité et une justice pour les filles. Enfin, par ma voix, les filles de la Guinée réclament l’engagement des décideurs guinéens dont vous faites partie à mettre fin aux violences basées sur le genre, notamment le viol, le mariage précoce, l’excision, j’en passe, qui nous traumatise, nous usent, nous sort des écoles et brisent nos opportunités de contribuer pleinement à l’essor de notre beau pays. Nous voulons que les filles et les jeunes de Guinée puissent étudier, prendre des positions de leadership, décider et s’épanouir pour pouvoir jouer pleinement notre rôle et être enfin la force de la Guinée d’aujourd’hui et de demain », dit-elle.

Sélectionné pour vous :  Tidiane Conté à propos des 100 jours de Bah Oury: "Il a perdu tout ce qu'on attendait de lui en tant qu'homme..."

Cet appel lancé par la présidente du parlement des enfants semble tombé dans des bonnes oreilles. Pour Dr. Dansa Kourouma, président du CNT, c’est la voix à suivre pour accompagner nos filles et femmes dans le cadre de leur insertion socioprofessionnelle.

« Quand les jeunes filles sont accompagnées, c’est-à-dire éduquées dans des conditions qui favorisent leur épanouissement intellectuelle, leur épanouissement moral, tout porte à croire qu’elles peuvent s’assumer et assumer les plus hautes responsabilités du pays. Donc, nous devons faire en sorte que tous les obstacles, les stéréotypes, les éléments qui ne favorisent pas la pleine évolution de nos enfants, de nos filles doivent être abandonnés pour les mettre dans un cadre familial, éducatif et sociétal qui permet leur parfait épanouissement », a-t-il déclaré.

Présente à cette session plénière, la ministre guinéenne de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a rassuré que le gouvernement usera de tous ses moyens pour satisfaire les différentes revendications des enfants.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...