Sélectionné pour vous :  Kankan : la date de l'ouverture du procès des 13 manifestants interpellés connue (source)

Les marchés de rénovation de la maison centrale de Conakry passés en violation de la loi ? L’avis d’un expert de passation des marchés publics

La rénovation et la construction de certains blocs à la Maison centrale de Conakry sont en cours depuis quelques mois en Guinée. Pour réaliser ces différents travaux, le ministère de la Justice et des Droits de l’homme a passé le 27 et le 29 novembre 2022, quatre (4) marchés à travers la procédure d’appel d’offres restreint pour un montant de plus de 47 milliards de francs guinéens. Chose qui est considérée comme incompréhensible par certains observateurs qui dénoncent une violation de la procédure de passation des marchés publics, voire de la corruption dans la passion desdits marchés.

Interrogé sur le sujet, Oumar Touré, expert en passation des marchés publics a tenu d’abord à expliquer la condition sinequanone pour passer un marché public à travers la procédure d’appel d’offres restreint. A l’en croire, comme le gré à gré, la notion d’appel d’offres restreint est aussi très contraignante.

« Il faut que les travaux concernés soient de nature spécialisée, c’est-à-dire qu’il y a de la technique et de la technologie à appliquer, que tout le monde ne peut pas mais c’est simplement un nombre restreint d’entreprises qui dispose de cette technique ou de cette technologie ».

Pour le cas des marchés de la réhabilitation de la Maison centrale de Conakry, l’expert de la passation des marchés publics se montre très clair.

« Si vous me démontrez qu’à la Maison centrale, pour poser une brique, il y a une technologie spéciale; si vous me démontrez que pour couvrir une cellule ou plafonner une cellule, il y a une technologie spéciale, je vous dirai oui ils doivent utiliser la procédure d’appel d’offres restreint. Si cela n’est pas démonter, même si l’ANO (Avis de Non Objection) est donné, il a été en porte-à-faux avec la réglementation. Et si cet ANO a été donné, ça conduit le ministre en erreur pour donner son autorisation », a-t-il clairement déclaré sur Espace FM.

Sélectionné pour vous :  Siguiri: deux personnes périssent dans un accident de la circulation au carrefour de Kourouni

Dans ses explications, Oumar Touré voit même un problème dans la démarche du ministère de la justice de diviser en quatre marchés la ligne budgétaire sur cette rénovation de la Maison centrale.

« Quand vous prenez la ligne budgétaire allouée là-bas, c’est une enveloppe. On va vous dire que dans les crédits d’investissement, 102 milliards par exemple; c’est un bloc. On ne peut pas le diviser en quatre. Dès que vous le divisez en quatre, vous faites du fractionnement. Ce qui est prohibé et interdit par le législateur », a fait savoir l’expert en passation des marchés publics.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...