Sélectionné pour vous :  Lutte contre les faux médicaments : de nouvelles condamnations à de lourdes peines à la CRIEF 

Les négociations entre syndicats et État stoppées au CNDS : « S’ils veulent que nous continuons, il faut que Sékou Jamal Pendessa sorte de la prison » (Amadou Diallo)

Le Conseil National du Dialogue Social (CNDS) a ouvert les discussions ce lundi, 12 février 2024 au siège de l’institution pour tenter de dégonfler la crise entre l’État guinéen et le mouvement syndical sur sa plateforme revendicative.

Mais contre toute attente, les discussions pour la première journée ne sont pas allées à terme. Le mouvement syndical guinéen réclame la libération sans condition de Sékou Jamal Pendessa, secrétaire général du SPPG avant toute négociation sur les autres points.

« Nous nous sommes retrouvés cet après-midi pour parler des points de revendication que nous avons mis dans le préavis de grève, notamment la libération immédiate et sans condition du camarade Sékou Jamal Pendessa. On n’a pas voulu aborder les autres points tant que le camarade n’est pas mis à notre disposition. S’ils veulent que nous continuons les débats, il faut que le camarade sorte de la prison, qu’il soit mis à notre disposition et sans condition pour que les débats continuent », a dit Amadou Damaro, secrétaire général de la CNTG.

Avant leur sortie de la salle, d’autres syndicalistes dont Abdoulaye Barry, président de la commission négociation du mouvement syndical guinéen et Michel Pépé Balamou, secrétaire général du SNE avaient déjà claqué la porte pour exiger la libération du secrétaire général du SPPG, Sékou Jamal Pendessa.

A en croire le coordinateur du mouvement syndical guinéen, le président du Conseil National de Dialogue Social les a rassurés qu’il avait déjà pris les devants à cet effet. Mais très malheureusement, dit le syndicaliste, il n’y a pas eu de suite favorable.

Sélectionné pour vous :  Négociations tripartites : "Nous n'allons pas accepter que les enseignants contractuels passent par un concours", (Aboubacar Soumah SLECG)

En attendant, indique le secrétaire général de la CNTG, « le préavis de grève finit le 16 février. Et le 17 février, c’est l’avis de grève que nous allons déposer si toutefois tous les points ne sont pas satisfaits », a lancé Amadou Diallo.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...