Sélectionné pour vous :  Résultats de l'examen de sortie 2023 : le taux de réussite est de 83,25 %, selon le ministère de l'Enseignement Technique

L’État guinéen passe de 0% à 15% dans le capital de GAC : les précisions de Djiba Diakité, directeur de cabinet de la Présidence

L’État guinéen et la société Guinea Alumina Corporation (GAC) ont procédé à la signature d’un « term sheet » jeudi, 6 juin 2024. La signature de cet accord permet à la Guinée de passer de 0% à 15% dans le capital de ladite société. Présidée par le président du Comité stratégique de suivi du projet Simandou, la cérémonie de signature s’est déroulée en présence des émissaires des parties prenantes au projet dont les Émirats Arabes Unis.

Selon une note officielle de la Présidence guinéenne, « cet accord préliminaire marque une étape décisive dans le développement du projet de raffinerie d’alumine pour un coût global de 4 milliards de dollars et une production moyenne annuelle d’un million de tonnes d’alumine, un projet qui a longtemps stagné ».

Plus loin, le directeur de cabinet de la Présidence guinéenne Djiba Diakité, a apporté quelques précisions par rapport à cet accord :

« Nous devons travailler aussi pour s’inspirer de l’expérience du projet Simandou. Avec les partenaires de ce projet, plus de deux ans de travail acharné, nous avons voulu aussi dans un esprit de travail en bonne intelligence collégiale, réitérer cette expérience avec GAC en République de Guinée. Nous pouvons citer entre autres quelques points majeurs issus du travail avec les membres du comité de négociation pour aboutir à ce résultat qui, de notre point de vue, met tout le monde confortable pour pouvoir aller très rapidement vers l’objectif recherché. Je citerai entre autres l’entrée au capital de la société GAC et de toutes autres sociétés créées dans le cadre du projet GAC en République de Guinée. L’État a sécurisé sa participation non contributive et non dilutive de 15%. Cette participation se transformera à 10% dans les sociétés chargées de l’exploitation minière, et 7.5% dans la société dédiée à la raffinerie dès le début de la production commerciale. Nous avons aussi obtenu dans ce term sheet un accord ferme du respect du contenu local avec le respect des 3 axes de priorité : donner une opportunité d’emploi en priorité aux Guinéens, les opportunités de business aux entreprises guinéennes, mais également nous avons obtenu des accords d’engagement ferme de GAC de pouvoir œuvrer pour le renforcement de l’éducation notamment dans la formation pour garantir le transfert des compétences et de technologies », a-t-il déclaré avant de poursuivre :

Sélectionné pour vous :  Des préfets nommés à Conakry après le nouveau découpage administratif ? Cette analyse du juriste Dr Alhassane Makanera Kaké

« Nous avons également dans les différents points abordés la mutualisation des raffineries. Nous avons mutualisé les capacités de raffinage en excluant des partenaires qui ne sont pas conformes aux critères de l’État. Nous pensons que ces discussions continueront avec le département des mines et l’expertise des cabinets qui accompagnent l’État aujourd’hui dans la structuration de la mise en œuvre du projet de raffinerie. Mais au-delà du projet minier, c’est aussi l’occasion de faire asseoir une base durable pour permettre le renforcement de coopération bilatérale entre la Guinée et les Émirats Arabes Unis », a-t-il laissé entendre.

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Tél. : 627 56 46 67  / 660 23 01 03

E-mail : souaremohamedlamine56@gmail.com

Laisser une réponse
Share to...