Sélectionné pour vous :  Fin de la mission du FMI en Guinée : ces grandes annonces à l'issue des deux semaines d'évaluation de l'économie guinéenne 

L’ex ministre Amadou Thierno Diallo recommande la privatisation d’EDG : « Elle a montré ses limites; il faut ouvrir le secteur aux privés »

La Guinée fait actuellement face à l’une des pires crises énergétiques pendant ces dernières années. A Conakry, la capitale, le système de tour-tour est toujours d’actualité. Et le peu de courant qui arrive dans les ménages est d’une tension très faible, qui peine à satisfaire les citoyens. Les changements de dirigeants opérés à la tête d’EDG, l’entreprise publique qui gère la fourniture d’électricité, n’arrivent toujours pas à porter fruits.

Face à cette situation catastrophique, Amadou Thierno Diallo, expert en développement et ancien ministre de la Coopération et de l’Intégration africaine ne vois qu’une seule solution. Cet expert en développement qui a participé à la conception et à la mise en œuvre d’énormes projets et programmes énergétiques en Guinée et à l’international recommande la privatisation d’EDG afin d’ouvrir le secteur aux producteurs indépendants.

« Je pense qu’il faut prendre le taureau par les cornes. EDG, dans sa structure actuelle, a fait son temps, et EDG n’a pas été en mesure de fournir des services adéquats à la communauté. Elle a montré ses limites. Et l’État subventionne cette entreprise à coût des milliards chaque année. Une proposition de solution, c’est de dire qu’il faut privatiser. Et comment le faire ? Il faut d’abord séparer les fonctions. Nous avons trois fonctions : production, transport et distribution. Donc, il faut séparer les fonctions en différentes parties et ouvrir la production au secteur privé », a-t-il recommandé.

Cependant, l’expert en développement déconseille l’État de passer par le gré à gré. Pour lui, il faut ouvrir la concurrence et prendre le producteur qui fournit l’électricité à moindre coût.

Sélectionné pour vous :  Mali : la junte exige le départ sans délai de la MUNISMA (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali)

« J’ai entendu dire aujourd’hui qu’il y a des producteurs indépendants qui sont venus faire des centrales en BOT mais je crois que c’est tout sauf du BOT, parce que c’est du gré à gré. Quand tu veux faire du BOT, tu fais un appel à la concurrence, tu recrute l’entreprise qui te fourni l’électricité à moins chère. Mais quand tu fais du gré à gré, tu auras un problème de résultat; c’est-à-dire comment tu peux contrôler le résultat de celui qui va venir fournir cette électricité ? Est-ce que cette électricité sera disponible tout le temps ou non ? Si c’est réellement un BOT, s’il ne fournit pas l’électricité, il y a des pénalités à payer. Je crois qu’il ne faut plus accepter d’avoir des contrats de gré à gré, mais d’ouvrir le secteur aux producteurs indépendants », a-t-il invité.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...