Sélectionné pour vous :  Dernière minute : deux mois d’arriérées de salaire payés au collectif des 6 journalistes « licenciés » par la radio Nostalgie

Mamou: une mère de famille décède suite à une électrocution au quartier Poudrière

Une femme d’une soixante d’années est décédée mercredi, 26 juillet 2023, suite à une électrocution. Le drame s’est produit au quartier Poudrière, relevant de la commune urbaine de Mamou. Selon nos informations, la défunte avait touché un fil électrique non protégé pendant qu’une forte pluie s’abattait sur la ville carrefour. Et malgré l’assistance d’un agent de la société Éléctricité de Guinée (EDG), elle a finalement succombé à l’hôpital régional de Mamou, apprend-on.

Interrogé sur les circonstances du drame, le fils de la defunte est revenu sur l’incident.
« Le matin, elle s’est levée pour aller au marché. A son retour, elle a voulu préparer. Dans la cuisine, il n’y a pas de courant mais il y a une chambre à côté qui a le courant. Les files qui étaient branchés dans la chambre étaient dégradés et posés sur la tôle de la cuísihe. Il y avait des antivols qu’on avait dans la cuisine qui touchaient la tôle. Elle tournait autour afin de débuter la préparation. Et soudainement, elle a pris la barre de fer par force et elle a été électrocutée, elle est tombée », a expliqué Ibrahima Sory Bah avant de poursuivre:

« A côté, il y avait son petit fils qui a couru vite pour alerter son grand père dans la maison. Tout à coup, sa co-épouse est sortie et l’a pris pour la tirer et le courant l’a repoussée brusquement. Elle est tombée aussi mais elle a pu résister. Elle s’est levée pour crier au secours. Vite, les voisins sont arrivés et un électricien était de passage, il s’est précipité pour aller couper le courant dans la maison et le fil qui venait de la maison pour la chambre.
C’est en ce moment qu’ils ont pu la retirer de là mais elle était déjà morte.
Par la suite, elle a été admise à I’hôpital régional de Mamou pour vérification, mais les docteurs ont signalé qu’elle est déjà morte. Ensuite, elle a été ramenée à la maison », a conclu Ibrahima Sory Bah.
A signaler que la dame a été inhumée le même jour, dans la soirée.

Sélectionné pour vous :  CRIEF : Paul Moussa Diawara et Inza Bayo condamnés à 5 ans de prison ferme et conduits de facto à la Maison centrale

 

 

Mamou, Jacques Kamano pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...