Sélectionné pour vous :  N’zérékoré : 77 malades indigents reçoivent leurs titres de prise en charge gratuite

Mohamed Ansa Diawara du MEPU-A: « Pour l’heure, nous pensons nous contenter des contractuels jusqu’à ce qu’il ait recrutement »

Le sujet relatif au recrutement des enseignants contractuels de Guinée reste toujours d’actualité. Alors que le ministre en charge de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation avait annoncé que le gouvernement va faire face à cette situation pendant les vacances scolaires, tout semble au ralenti, puisqu’aucune action concrète n’est visible sur le terrain pour l’intégration de ces enseignants à la fonction publique. C’est pour cette raison que nous avons posé la question au porte-parole du MEPU-A. Mohamed Ansa Diawara, a fait comprendre que c’est une préoccupation pour le ministre et tous les cadres de son département.

Selon certaines prévisions, il faut recruter environ 30 mille enseignants pour résoudre la crise d’enseignants dans les écoles guinéennes. D’ores et déjà, l’Etat a à son compte dix huit mille sept cent et quelques enseignants contractuels qui sont dans les salles de classe depuis 2018. Ces enseignants contractuels depuis cette date et au bout de tous les efforts consentis, sont face au besoin d’intégration à la fonction publique, mais en vain. Cependant, l’espoir n’est toujours pas perdu. C’est du moins ce que dit Mohamed Ansa Diawara, porte-parole du ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation. A l’en croire le MEPU-A est en négociation avec le département de la fonction publique pour trouver une solution à ce problème.

« Ce n’est pas nous qui recrutons. Il y a un ministère, si nous avions recruté les enseignants contractuels, c’est parce que nous nous sommes coincés au mur. On a posé le problème partout, mais le ministre de la fonction publique a été très strict. Il dit qu’il ne peut faire aucun recrutement, sans contrôle du fichier de la fonction publique. Et je crois, c’est ce qui est en train d’être fait. Du côté du gouvernement y compris nous-mêmes, finalement ça a été compris qu’il fallait ce contrôle. Et pour nous, il fallait recruter les enseignants contractuels. Maintenant, leur revendication peut porter, parce que forcément, il faut qu’il ait recrutement des enseignants. Nous sommes en négociation, dès que ça portera je pense que le recrutement sera fait. Mais pour l’heure, nous pensons nous contenter des contractuels jusqu’à ce qu’il ait recrutement », a-t-il fait savoir.

Sélectionné pour vous :  N’zérékoré : 77 malades indigents reçoivent leurs titres de prise en charge gratuite

Récemment dans un entretien accordé à notre rédaction, le coordinateur général de la coordination nationale des enseignants contractuels de Guinée, Alseny Mabinty Camara, avait déclaré que c’est la dernière année pour eux d’être appelés enseignants contractuels. Selon lui si rien n’est fait par le gouvernement pour leur intégration à la fonction publique, ils vont tous quitter les salles de classe et passer à autre chose.

 

Cheick Fantamadi pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...