Sélectionné pour vous :  Guinée : le ministre des Transports porte plainte contre le journaliste Habib Marouane Camara

Opération de déferlement humain sur Conakry: Le SPPG bénéficie du soutien des plusieurs organisations syndicales et sociales

« Si le peuple de Guinée ne vient pas en aide, on fermera les médias, les uns après les autres », a déclaré le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée ce lundi, 15 janvier 2024. Et, c’est dans cette dynamique que plusieurs organisations syndicales et sociales, notamment le FNDC, la MAOG, la CNTG, la FESABAG entre autres, apportent leur soutien au SPPG dans son opération de déferlement humain sur Conakry, prévue le 18 janvier prochain.

D’abord dans une déclaration commune rendue publique devant la presse à la maison commune des journalistes, ces organisations syndicales et sociales ont dressé un tableau sombre des deux ans de gouvernance du CNRD dans le cadre du respect de la liberté de la presse. Ainsi, ils ont mis l’accent sur la restriction de nombreux médias à travers le brouillage des ondes, le retrait des télés des bouquets Canal+ et Startimes, la coupure d’Internet, l’interdiction des manifestations etc. Chose qui, selon elles, entraîne la frustration et la désolation chez les populations.

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour soutenir une cause noble, un droit fondamental que nous tenons pour sacré, la liberté d’expression. Nous nous adressons contre la censure des réseaux sociaux en Guinée et le muselement de la presse. Une réalité qui étouffe la voix du peuple et empêche une libre circulation des idées. La censure dans n’importe quel contexte est une entrave à notre capacité à s’exprimer librement, à partager nos pensées et nos opinions et à participer à la communication mondiale transparente et accessible », a fait savoir Alpha Bayo qui était le porte-parole pour les circonstances.

Sélectionné pour vous :  Siaka Barry sur la polémique autour des obsèques de Djénè Kaba : "Nous avons poussé le voyeurisme jusqu'aux frontières de la mort"

Selon ces soutiens du SPPG, aucune démocratie dans le monde ne peut prospérer sans une population bien informée. C’est pour cette raison qu’elles appellent à un déferlement humain dans la grande ville de Conakry, le 18 janvier 2024, pour se faire entendre.

« Vu tous ces constats malheureux, nous avons décidé ce qui suit : apporter notre soutien indéfectible au mot d’ordre de manifestation dénommée  »déferlement humain sur Conakry » du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, le 18 janvier 2024 et appeler le peuple de Guinée à se mobiliser massivement pour accompagner ces actions citoyennes et salvatrices, en vue de rétablir l’internet et les médias », a indiqué Alpha Bayo.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...